Les Cahiers du CRHiDI (vol. 1-20) sont désormais accessibles en ligne et téléchargeables en format PDF !

 

Les Cahiers du CRHiDI sont désormais intégralement disponibles en ligne. Publiés au format papier de 1993 à 2011, les 36 premiers numéros ont fait l’objet d’une rétro-numérisation, grâce à un subside exceptionnel du Conseil de recherche de l’Université Saint-Louis — Bruxelles. Les vol. 1 à 20 viennent d’être mis en ligne, au seuil d’un été 2021 qui offrira bien des occasions de redécouvrir ces pages. Ils rejoignent ainsi les vol. 21 à 35-36, déjà en ligne depuis le 2 décembre 2020, et les numéros numérique-nés de la nouvelle série. L’ensemble de la collection est désormais accessible en open access aux chercheur·e·s, aux étudiant·e·s et aux curieux et curieuses. Nombre de ces textes, le lecteur pourra le constater, gardent leur actualité et méritent d’être lus et cités.

 

Merci au Conseil de recherche qui a rendu possible cette opération, merci à notre directrice de rédaction, la Prof. B. Piret, et à notre gestionnaire administrative, E. Ngongo, qui l’ont mise en œuvre !

 

Seul manque encore à l’appel de la ligne un hors-série richement illustré (2015), co-édité par les Presses de l’USL-B et le Musée royal de Mariemont (établissement scientifique de la Fédération Wallonie-Bruxelles). Toujours disponible dans le commerce ou à l’adresse du musée, il propose un examen critique de la vision du passé belge offerte par la série Nos Gloires des Éditions Historia, illustrée par J.-L. Huens et B. Vanderkelen, sur des textes de l’abbé Schoonjans, en son temps professeur à la Faculté Saint-Louis.

 

* * *

 

Les Cahiers 1 à 20 qui entament désormais une nouvelle vie sur la toile couvrent une vaste gamme de sujets dans le domaine de l’histoire du droit et des institutions, de l’histoire politique, de l’histoire religieuse, et du droit comparé, de l’Antiquité à nos jours. Ils proposent tantôt une approche transpériode d’une question donnée, tantôt l’examen approfondi d’un problème. Pas moins de 84 auteurs et autrices, issu·e·s de Belgique, de France, des Pays-Bas, d’Allemagne, d’Espagne, du Chili et du Pays de Galles y ont contribué.

 

Le premier Cahier, numéro de lancement sous le titre "Procès et procédure" (1993), comportait modestement quatre contributions, dont deux relatives au droit romain (portant sur le contrat de prêt et sur l’hypothèque), une autre traitant d’un point de procédure du droit d’Ancien Régime (la proposition d’erreur) et la dernière examinant la place de l’écrit dans la procédure ecclésiastique au 12e s., soit le grand moment de la renaissance d’un droit savant en Occident. Des notions clés du droit ont fait l’objet de Cahiers combinant l’approche historique du droit et une approche du droit comparé : la bonne foi (1998), la possession (1997), la souveraineté (1997), l’autorité de la chose jugée (1995), les instruments de la pensée juridique (2002). Autre Cahier résolument transpériode, celui qui examine au travers de cinq contributions l’enseignement du droit, du monde romain au 19e siècle (1998) ; il comporte en outre une note de quinze pages sur des Recherches d’histoire urbaine médiévale.

 

L’histoire politique est bien présente, elle aussi, dès la première décennie. Deux Cahiers ont été consacrés à des questions d’histoire contemporaine. L’un examine le parti catholique et les organisations politiques catholiques au 19e et au début du 20e siècle, ainsi que la politique du gouvernement Eyskens en pleine Question royale (1995). Le second renferme sous le titre "Politique, imaginaire et éducation" (2000) des mélanges d’histoire contemporaine offerts au professeur J. Lory (1934-2018) : caricature politique, mémoire de la Grande Guerre parmi les Résistants de la Seconde, milieux catholiques progressistes de l’après-guerre, féminisme, socialisme, enseignement, forment un menu couronné par des perspectives d’ensemble que dessine R. Rémond.

 

D’autres Cahiers ont envisagé ces questions d’histoire politique et institutionnelle sur la longue durée d’Ancien Régime que constituent le Moyen Âge et les Temps modernes : "Les confréries religieuses et la norme, XIIe siècle - début du XIXe siècle" (2003) a permis d’aborder, de manière comparée, la question des normes juridiques, civiles et canoniques, règlementant le vécu des confréries religieuses. "Guerre, pouvoir, principauté" (2002) est le résultat d’une table-ronde tenu à l’université de Lyon. "Les élites nobiliaires dans les Pays-Bas au seuil des temps modernes" (2001) est issu d’une table-ronde bruxelloise. Enfin, "Sede vacante" examine le problème lancinant de la vacance du pouvoir dans l’Église médiévale (2001).

 

Deux numéros sont monographiques. L’un, sous la plume de D. Gaurier (2003), reprend des réflexions issues de la thèse de cet auteur, autour de la métamorphose du droit qu’impliquerait la rédaction (et donc la mise à l’écrit) de normes jusque là coutumières (et donc d’essence orale). L’autre, rédigé conjointement par J.-M. Cauchies et H. de Schepper, développait une réflexion de synthèse fouillée autour des moyens juridiques (justice, grâce et législation) de la genèse de l’État dans le cadre des anciens Pays-Bas, du 13e au 16e s. (1994).

 

Enfin, deux Cahiers sont consacrés aux actes de colloques organisés par le CRHiDI en partenariat avec des sociétés savantes internationales. Les rencontres de la Société d’Histoire du droit (Paris), tenues à Bruxelles sur le thème Personnalité, territorialité et droit rassemblent quelques quinze contributions (1999), allant de la pensée de saint Paul au droit de l’Algérie coloniale, en passant par le privilège de clergie, la tension centre/périphérie, le droit des étrangers et des minorités religieuses, ou le droit médiéval castillan comme source du droit chilien. Celles de la Société d’Histoire du droit et des institutions des Pays flamands, picards et wallons, tenues à Ath sur le thème Commerce et droit en comptent huit, envisageant pour l’Ancien Régime la force probante des registres de marchands, le maintien de l’ordre public et les interventions princières dans la vie économique, un avis de juristes quant à la navigation sur une rivière intérieure, ou encore l’historiographie des corporations de métier (1996).

 

Au total, plus d’une centaine de contributions, belges et internationales, signées par des plumes prestigieuses, mais aussi par de jeunes chercheurs et chercheuses présentant leurs premiers travaux. Certains de ces textes ont fait le point sur des questions en cours, d’autres ont revisité de façon originale des sujets injustement délaissés. Tous se prêtent à nourrir le dialogue entre droit et histoire, et entre spécialités au sein de la discipline historique. La variété bienvenue d’approches et de thématiques de recherche autour des questions que posent le droit, les institutions, le politique et la société, annonçait aussi le contenu des Cahiers des vingt années suivantes. Les premiers numéros, réalisés sous la houlette de J.-M. Cauchies, S. Dauchy, G. Hanard et J.-P. Nandrin, ouvraient ainsi la voie à une aventure éditoriale qui se poursuit de nos jours.

 

E. Bousmar,

co-directeur du CRHiDI

21 juin 2021

 

 

Liste des autrices et auteurs des Cahiers du CRHiDI, n° 1 à 20 : J. Avril, L.-A. Barrière, K. Bezemer, Cl. Bontems, E. Bousmar, J.-M. Cauchies, Ph. Contamine, H. Cools, D. Courtemanche, J.— P. Coriat, S. Dauchy, L. de Carbonnières, J. de Churruca, R. de Kerckhove d’Ousselgem, B. Demotz, D. De Roy, M. Depaepe, H. de Schepper, H. de Smaele, Ph. Desmette, P. De Win, M. V. Diazmellian de Hanisch, J. Dugnoille, V. Dujardin, J. Dumolyn, H. Dumont, A. Dupont, S. Evrard, L. Falkenstein, Ch. Franck, Ch. Funck, D. Gaurier, Ph. Gérard, J.-F. Gerkens, B. Glansdorff, Ph. Godding, M. Gracia, B. Groessens, E. Gubin, G. Guyon, G. Hanard, J. Hilaire, J.-P. Hoyois, J.-L. Jadoulle, P. Janssens, H. Jones, J.-L. Kupper, J.-L. Lefebvre, R. Lesaffer, H. Leuwers, M. Maillard-Luypaert, A. Marchandisse, F. Maerten, Kl. Malettke, J-H. Michel, A. Minke, P. Montaubin, J.-F. Nieus, J. Pirotte, T. Porcu-Richerd, R. Rémond, H. Richard, R. Robaye, J.-Fr. Romain, A. Ruelle, B. Schnerb, F. Simon, J.-L. Soete, M. Sommé, L. Soria Sese, F. Stevens, F. Sturm, X. Thunis, B.-M. Tock, P. Trio, M. Troper, J. Tyssens, F. Van der Mensbrugghe, L. van Ypersele, C. Vincent, H. Vuye, D. B. Walters, A. Wijffels, P. Wynants.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Centre de recherches en histoire du droit, des institutions et de la société

Actualités