Midi CRHiDI : L’archéométrie pour révéler l’histoire. Traditions céramiques, histoire des peuples et géopolitique en Grèce antique et médiévale

Mis sur pied en 2014, les Midis du CRHiDI sont l'occasion de donner la parole aux chercheur·e·s du centre (ou d'institutions extérieures) afin de présenter une recherche en cours. Ils doivent permettre de montrer l'actualité des recherches en histoire du droit et des institutions telles qu'elles sont menées actuellement.

 

Intervenante : Prof. Florence Liard

 


L’histoire de la Grèce présente la caractéristique d’avoir été façonnée par les conquêtes, les migrations, l’assujettissement par des peuples extérieurs depuis la protohistoire jusqu’au XIXème siècle. Dans ce contexte, l’histoire quotidienne des communautés locales n’est pas toujours aisée à reconstituer.

C’est particulièrement le cas pour les sociétés du Bronze Récent, pour lesquelles ne subsistent que des documents d’archives administratives liés à une économie palatiale. C’est également le cas pour les époques romaine et médiévale, lorsque la pratique de l’écriture était surtout réservée à des catégories spécifiques de personnes, et utilisée dans des objectifs religieux, diplomatiques ou politiques.

 

Là où l’archéologie est venue préciser notre connaissance des pratiques sociales et des appartenances culturelles des communautés, l’archéométrie entend aller un pas plus loin, pour « révéler l’invisible ». Par le biais d’analyses microscopiques et spectroscopiques, il s’agit de reconstituer la composition, la texture, la microstructure des matériaux, et par là de comprendre comment les artefacts ont été façonnés par l’homme, c’est-à-dire avec quel savoir-faire technologique, avec quelles références artistiques, et dans quelles conditions socio-économiques d’accès aux matières premières et de travail artisanal.

Ces données permettent de renouveler notre connaissance d’une catégorie de personnes qui fut au premier rang de la création de la culture matérielle de la Grèce : les artisans.


 

Spécialisée dans l’étude archéométrique de la céramique, Florence Liard présentera ses résultats de recherche doctorale et postdoctorale relatifs aux traditions potières durant quatre périodes de bouleversements sociopolitiques et culturels généralisés dans le bassin égéen : la fin de l’Âge du Bronze en Crète (à Malia), le temps de la conquête romaine (à Mytilène et à Athènes), le renversement du pouvoir byzantin par les Francs, puis les Catalans après la Quatrième Croisade (à Thèbes) et l’administration de certaines villes de commerce par des familles de banquiers florentins vers la fin du XIVème siècle (notamment Corinthe). Pour chaque cas, l’analyse des poteries révèle l’existence de réseaux d’interaction pour la transmission du savoir-faire potier qui transgressent les frontières sociales et politiques telles qu’elles ont été jusqu’ici reconstituées par l’histoire et par l’archéologie. Ces résultats soulignent la diversité (et le caractère souvent inattendu) des liens culturels tissés au quotidien dans ces sociétés en transition. Ils permettent également un regard nouveau sur le processus de création artisanale et artistique en temps de conquêtes et de migrations, au-delà de la diffusion de cadres politiques et institutionnels donnés.

 

Informations pratiques

2/02/2021 - 12h-13h15 - sur Teams

Accueil et présentation de l'intervenante - Exposé - Discussion.

 

Université Saint-Louis - Bruxelles

Bvd du Jardin Botanique, 43

1000 Bruxelles

 

La participation aux midis est gratuite, mais l'inscription est obligatoire via ce FORMULAIRE pour le 29/01/2021 (16h30) au plus tard.

 

 

Centre de recherches en histoire du droit, des institutions et de la société

Actualités