La Rome archaïque du récit à l’histoire : déconstruction de la mémoire et reconstruction des faits

Midis du CRHiDI

Les Midis du CRHiDI reprennent.

Mis sur pieds en 2014, ils sont l'occasion de donner la parole aux chercheurs du centre afin de présenter une recherche en cours. Ils doivent permettre de montrer l'actualité des recherches en histoire du droit et des institutions telles qu'elles sont menées par les membres du CRHiDI.

  

Les prochaines séances auront lieu le lundi 5 novembre et le lundi 3 décembre.

Orateur : Nicolas Meunier

 

La séance débute à 12h30 et est suivie d'un temps de questions-réponses.

Résumé :

L’historien qui tente d’étudier et de comprendre la période romaine archaïque fait face à de multiples difficultés qui rendent sa tâche particulièrement ardue et l’oblige à élargir ses horizons et ses méthodes.

Confronté à l’indigence des sources, et au caractère dominant, parmi celles-ci, des récits littéraires largement postérieurs aux faits, l’historien doit être particulièrement attentif à ne pas se laisser orienter malgré lui par les interprétations des Anciens lorsqu’il est lui-même amené à proposer une reconstitution des faits passés – un écueil qui est encore aujourd’hui trop largement sous-estimé.

À en croire la tradition, durant les deux premiers siècles du régime républicain (Ve-IVe s.), Rome aurait été constamment agitée, sur le plan interne, par un conflit social récurrent entre le patriciat et la plèbe. Sur le plan externe, elle aurait dès le début été maîtresse du Latium via la Ligue latine, présentée comme un instrument impérialiste de contrôle des autres cités latines.

Sur la base de trois cas d’études spécifiques que sont la proposition de la première loi agraire de l’histoire de Rome, la prise du Capitole par un certain Appius Herdonius et la première sécession de la plèbe, nous proposerons une manière de déconstruire le récit traditionnel et de lever le voile sur une réalité historique parfois fort différente de celle qui est clamée par nos sources.

Une réalité incontestablement moins dichotomique où Rome, sa société et ses institutions furent bien plus profondément influencées par le Latium qu’on ne l’a admis.


Informations pratiques

Université Saint-Louis - Bruxelles

12h30-14h 

119 rue du Marais, salle 4015

1000 Bruxelles

 

L’inscription aux midis est gratuite mais obligatoire. Nous vous serions reconnaissants de confirmer votre présence via l’adresse mail suivante : chridi@gmail.com

Écrire commentaire

Commentaires: 0

News

Le CRHiDI devient

"Centre de recherches en histoire du droit, des institutions et de la société".