Les projets de recherches

2020-2022 : Marie Sklodowska-Curie. Projet "Nation - Power - Subjectivity : the Making of National Subjects in Late Medieval Bohemia and Brabant (1300-1450)"

 

Mené par Éloïse Adde, ce projet entend revenir sur le récit traditionnel qui considère l’apparition des nations comme inséparable de l'industrialisation et de la montée du capitalisme au XVIIIe siècle, et montrer que la nation, si elle n’est pas le mode d’organisation étatique hégémonique, est déjà un « facteur politique fondamental » au Moyen Âge et ne peut être réduite à un simple phénomène culturel ou ethnique. L’objectif de ce projet est de proposer une archéologie de la nation, de cerner sa fonctionnalité dans le discours politique, les raisons qui ont fait que, à un moment donné, elle a été convoquée pour son aura légitimatrice. Mais, pour exister, une nation a besoin que les individus s’identifient à elle. Le « projet national » dépendait de la participation populaire fondée sur l’idéologie du « bien commun » et sur le sens de la communauté. Ce projet entend donc prendre en compte les facteurs tant individuels et collectifs dans la construction de la nation et poser la question de la construction des sujets nationaux au Moyen Âge, en mettant au jour le va-et-vient entre aspirations individuelles et instrumentalisations politiques. Pour ce faire, il portera, dans une démarche transnationale et comparative, sur deux terrains, le Royaume de Bohême et le Duché de Brabant entre 1300 et 1450.

2020-2022 : BELSPO - BRAIN. Projet "Humain remains Origin(s) Multidisciplinary Evaluation"

2020-2030 : FED-tWIN. Projet SHARE "Supply a Fair and Transparent Access to a shared Heritage - the 'Africa Archives' - to implement Decolonised Research about Belgian colonisation in Congo, Rwanda and Burundi (1885-1962)"

 

Mené à l'USL-B par Bérengère Piret, le projet SHARE vise à rendre les "archives africaines" - les archives produites dans le cadre de la colonisation belge du Congo ainsi que de l'administration du Rwanda et du Burundi - accessibles aux chercheurs et aux citoyens. L'ouverture de ces fonds d'archives doit encourager la poursuite des recherches pour approfondir et compléter les très riches contributions des historiens pionniers, tels que Jean Stengers, Jean-Luc Vellut, Bogumil Jewsiewicki et Guy Vanthemsche, mais aussi des chercheurs qui ont massivement investi ce champ de recherche depuis dix ans. Ces archives étant un patrimoine partagé, ce projet entend associer des experts et des universitaires belges ainsi que congolais, du rwandais et du burundais en établissant une synergie renouvelée entre les parties prenantes.

 

Ce projet FED-tWIN vise à tirer parti de la relocalisation des "archives africaines" aux AGR-ARA et de l'expertise de l'USL-B en matière d'histoire coloniale pour permettre aux sociétés belge, congolaise, burundaise et rwandaise de renouer avec leur passé colonial.

 

Plus de détails ici.

2020-2024 : projet doctoral "De Grenade à Istanbul. Perceptions et représentations du monde musulman dans les sources narratives des anciens Pays-Bas (14e-16e)"

 

Les perceptions et représentations du monde musulman en Belgique et en Europe sont conditionnées par une mémoire collective influencée par des préjugés « orientalistes » et des a priori contemporains liés au mythe du « choc des civilisations ». S’intéressant aux représentations du monde oriental circulant dans les anciens Pays-Bas (fin du 14e-début du 16e siècle), à leur évolution et à leurs spécificités, ce projet de recherche vise à se dégager de ces biais et apportera un éclairage critique sur les rapports entre Orient et Occident, tout en permettant de mieux éclairer nos visions contemporaines en termes d’altérité et de rapport au monde musulman. Au-delà de l’analyse des représentations de l’altérité, cette étude menée par Nissaf Sghaïer vise également à déterminer le rôle qu’elles ont pu tenir dans la construction identitaire des anciens Pays-Bas à une époque où les structures des États modernes commencent à se développer.

2019-2021 : Marie Sklodowska-Curie. Projet COLEX "Coopetition and Legislation in Early Modern Habsburg Netherlands (16th-17th c.) /Coopétition et législation dans les Pays-Bas espagnols (1598-1665)"

 

Mené à la Casa de Velázquez par Nicolas Simon, chercheur associé du CRHiDI, le projet COLEX vise à produire une recherche inédite et originale sur l’(in)effectivité de la législation promulguée au nom du roi d’Espagne dans les Pays-Bas espagnols durant les règnes des archiducs Albert et Isabelle (1598-1621) et de Philippe IV d’Espagne (1621-1665). La période retenue doit permettre de comparer l’application de la législation depuis le règne des Archiducs, débutant à la mort du roi Philippe II et après que celui-ci ait cédé les Pays-Bas au couple archiducal, jusqu’au décès du roi Philippe IV. Cette période constitue un moment charnière dans l’histoire de ces territoires. Après la Révolte entamée par des provinces du Nord dans les années 1560 contre Philippe II, le gouvernement des Archiducs a vu la mise en place d’une paix temporaire avec les Provinces-Unies ennemies (Trêve de Douze Ans, 1609-1621). D’un point de vue conceptuel, le projet entend rendre opérationnel le concept de coopétition [contraction de coopération et de compétition], c’est-à-dire la capacité de pouvoir rivaliser et coopérer simultanément, entre les agents impliqués dans le processus décisionnel et dans la mise en application des décisions législatives. Ces agents sont aussi bien les représentants de la Couronne espagnole dans les Pays-Bas que les élites locales, les officiers urbains, les marchands ou encore les membres de métiers. Bref, il s’agit d’un large spectre d’individus essayant de défendre, à leur niveau, leurs propres intérêts. Les objectifs de ce projet sont dès lors multiples.

 

Plus de détails ici.

2019-2023 : projet doctoral "Dynamiques migratoires au coeur de Bruxelles : l’installation des immigrés marocains à Molenbeek-Saint-Jean (1964-2004)"

 

Alors que dès la deuxième moitié du XXe siècle, Bruxelles forme l’une des zones de concentration les plus importantes d’étrangers en Belgique, aucune étude dans une perspective historique consacrée à l’installation des immigrés marocains à Bruxelles n’existe à l’heure actuelle. Cette recherche menée par Hajar Oulad Ben Taïb contribuera à combler cette lacune. Pour garantir sa faisabilité et sa pertinence, elle sera circonscrite à l’une des communes les plus emblématiques de la présence marocaine à Bruxelles: Molenbeek-Saint-Jean. Ce projet s’attache à étudier plus particulièrement l’évolution et les caractéristiques de l’installation des immigrés marocains sur le territoire molenbeekois, et ce entre 1964 – signature de l’accord bilatéral entre le Maroc et la Belgique – et 2004 – adoption de la loi octroyant le droit de vote à une partie des habitants étrangers originaires des pays situés en dehors de l’Union européenne.

 

Les enjeux et les objectifs de cette thèse sont particulièrement actuels. En effet, plus de cinquante ans après le premier accord signé entre la Belgique et le Maroc, les difficultés liées à la gestion de la diversité culturelle, souvent confondues avec les questions migratoires, persistent et se renforcent. De plus, à la suite des attentats du 13 novembre 2015 en France, l’attention médiatique et politique s’est considérablement portée sur la commune de Molenbeek-Saint-Jean.

2018-2019 :  Évaluation du "Décret Mémoire"

 

En décembre 2018, le CRHiDI et le Centre d’études sociologique (CESir) ont entamé une mission d’évaluation de l’impact du Décret du 13 mars 2009 relatif à la transmission de la mémoire des crimes de génocide, crimes contre l’humanité, crimes de guerre et faits de résistance ou mouvements ayant résisté aux régimes qui ont suscite ces crimes. La mission est commanditée par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Les deux centres se sont associés pour remporter ce marché public. La recherche est dirigée par Éric Bousmar (CRHiDI) et Abraham Franssen (CESIR) et est menée, sur le terrain, par Hajar Oulad Ben Taïb et Nissaf Sghaïer. Il s’agira concrètement d’évaluer l’impact du décret auprès du public des jeunes, au travers du suivi de plusieurs projets menés par des écoles ou des associations et subventionnés dans le cadre de ce décret. Cette mission fait suite à une première mission d’évaluation (2015-2016), déjà menée en commun par le CESir et le CRHiDI.

2018-2021 : projet doctoral (FNRS-FRESH) "Les cerveaux noirs (jaunes rouges) entre (dé-)colonisation et discrimination. Les élites culturelles burundaises, congolaises et rwandaises en Belgique (1945-1975)"

 

Mené par Romain Landmeters, ce projet de recherche consiste en une étude prosopographique des élites culturelles burundaises, congolaises et rwandaises immigrées en Belgique entre 1945 et 1975. Il s’agit d’un éclairage historique supplémentaire aux tentatives des acteurs de la société civile et des chercheurs en sciences sociales de décrypter les discriminations subies par les afro-descendants dans la Belgique d’aujourd’hui au regard de l’histoire et des mémoires coloniales. L’hypothèse centrale de cette étude est la mise à l’écart présumée de ces élites culturelles par les autorités belges tout au long du processus de décolonisation, en particulier parce qu’elles auraient été les fers de lance du droit des peuples africains à disposer d’eux-mêmes.

 

Promotrice : Prof. Nathalie Tousignant

Membres du comité d’accompagnement :

  • Prof. Justin Bisanswa (Université Laval)
  • Dre Sarah Demart (Université Saint-Louis - Bruxelles)
  • Dr Benoit Henriet (Vrije Universiteit Brussel)

2017-2018 : projet "Pluralismes juridiques en situation coloniale : savoirs et pratiques" (PLURICO)

 

Le projet PLURICO étudie les contacts juridiques en situation coloniale en posant la question de la pluralité des univers normatifs en présence et des modalités de leur rencontre. ll vise à construire les conditions d'une interdisciplinarité entre historiens, juristes et civilisationnistes qui n'envisagent pas de la même façon ces contacts. Utilisée dans différents contextes coloniaux et postcoloniaux, la notion de pluralisme juridique constitue un paradigme à interroger. Elle permet d'analyser différentes situations de contact entre normativités importées d'Europe et droits coutumiers autochtones. Le projet PLURICO vise à tester la pertinence de ce paradigme sur une série d'études de cas situés dans les empires coloniaux français, belge et britannique en Afrique et en Inde, de la seconde moitié du XVIIIe siècle aux décolonisations, en articulant savoirs et pratiques juridiques. Il s'agit de déterminer les formes de coexistence ou d'hybridation entre des univers normatifs différents et les modalités de leur articulation.

Outre le CRHiDI, il repose sur une équipe composée de trois laboratoires associés à la MESHS (IRHiS, CECILLE, CHJ). Nathalie Tousignant et Bérengère Piret en font partie.

 

Plus de détails ici.

2014-2018 : projet de recherche "Belgafrican Magistrates Social Networks"

 

Ce projet de recherche vise à étudier le profil collectif de la magistrature de l’État indépendant du Congo (EIC), du Congo et du Ruanda-Urundi de 1885, date de la fondation de l’EIC à 1962, date de la fin du régime mandataire au Ruanda-Urundi. L’objectif est de dépasser la constitution d’un répertoire biographique ou d’un dictionnaire pour réaliser une véritable prosopographie des magistrats « africains » de 1885-1908 et de 1908 à 1962, articulée autour de l’analyse des réseaux.

En combinant l'expertise des trois copromoteurs - Xavier Rousseaux, Nathalie Tousignant et Aurore François - , le projet teste le potentiel d'innovation produit par l'outil prosopographique appliqué à un corpus délimité (le milieu colonial belge entre 1885 et 1962) dont on pressent les nombreuses interconnections. Les données issues de cette collecte seront directement intégrées dans la base de données « Belgian Magistrates », afin de pouvoir être analysées dans une perspective prosopographique, incluant une dimension réticulaire et une approche trajectorielle.

 

Plus de détails ici.

2013-2017 : projet doctoral «  L’impact de la Première Guerre mondiale sur l’évolution du Droit International : Les juristes belges »

 

Mené par Enika Ngongo, ce projet s’inscrit au sein du projet « Commémorer 14-18 », financé par la Fédération Wallonie Bruxelles. Cette recherche est encadrée par un groupe de pilotage dont la direction a été confiée à Laurence Van Ypersele (Professeur à l’UCL), spécialiste internationalement connue de la Première Guerre mondiale. Ce projet revêt un caractère interuniversitaire et interdisciplinaire. En effet, l’on y retrouve des problématiques propres aux historiens, aux juristes et aux philosophes. Il implique le Musée Royal de l’Afrique Centrale de Tervuren, l’Université Libre de Bruxelles, l’Université de Liège et  l’Université Saint-Louis – Bruxelles.

 

Plus de détails ici.

2013-2017 : mandat d’aspirant F.R.S-FNRS attribué à Nicolas Simon« Quand légiférer, c’est communiquer. La dynamique de la décision gouvernementale dans les anciens Pays-Bas (ca. 1580-ca. 1610) ».

 

PRÉSIDENT

Professeur Éric Bousmar | Université Saint-Louis - Bruxelles

 

JURY

Professeur Philippe Desmette (promoteur) | Université Saint-Louis - Bruxelles

Professeur Jean-Marie Cauchies (co-promoteur) | Université Saint-Louis - Bruxelles

Professeure Violet Soen | KULeuven

Professeur René Vermeir | Ugent

Professeur Yves Junot | Université de Valenciennes

2012-2017 : programme PAI n° VII/22 « Justice & Populations : the Belgian experience in international perspective ».

 

Ce pôle d'attraction interuniversitaire comprend outr ele CRHiDI, une dizaine d'universités et institutions scientifiques belges (l'Université catholique de Louvain (UCL), l'Université de Gand, l'Université de Namur, le CEGES et l'Académie royale militaire) et étrangères (Université de Lille-II, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et Humboldt Universität zu Berlin).

2008-2012 : projet PIC « Valorisation de la mémoire filmée de la période coloniale. Renforcement des capacités pédagogiques en sciences humaines / mise en place d’un réseau interuniversitaire sur la mémoire de l’Afrique centrale ».

 

Ce projet interuniversitaire ciblé est financé par la CUD - Commission universitaire pour le développement du CIUF - Conseil interuniversitaire de la Communauté française de Belgique. Il permet de mettre en place un partenariat Nord-Sud comprenant au Nord, outre le CRHiDI, l'Université Libre de Bruxelles, la KULeuven, le Musée royale de l'Afrique centrale ainsi que la Cinematek et au Sud, l'Unikin-Université de Kinshasa, l'Université du Burundi, Bujumbura et l'Université nationale du Rwanda, Butare.

 

Publication en lien avec le projet: VAN SCHUYLENBERGH P. et ETAMBALA M., Patrimoine d'Afrique centrale. Archives films. Congo, Rwanda, Burundi, 1912-1960, Musée royal de l’Afrique centrale, Tervuren, 2010.

2008-2011 : projet FSR « L’européanisation contrastée des mémoires. Un cas d’étude : la représentation de l’Etat bourguignon en termes régionaux, nationaux et paneuropéens (XVIe-XXIe siècles) ».

 

Ce projet est financé par les fonds spéciaux de recherche du Conseil de recherche de l'Université Saint-Louis.

2007-2011 : mandat d'aspirant F.R.S-FNRS attribué à un doctorant du CRHiDI. 

2007-2011 : programme PAI VI/01 «Justice et société : histoire socio-politique de la justice en Belgique (1795-2005) ».

 

Ce pôle d'attraction interuniversitaire comprend outre le CRHiDI, l'Université catholique de Louvain (UCL) et l'Université de Gand, deux institutions scientifiques fédérales (Archives générales du Royaume et le CEGES - ainsi que deux partenaires étrangers (Université Charles de Gaulle - Lille-III et la Vrije Universiteit Amsterdam).

 

Publication en lien avec le projet : VELLE K., ROUSSEAUX X. et DE KOSTER M. (éd.), Justice et Société : sources et perspectives pour l'histoire socio-politique de la justice en Belgique (1795-2005), Bruxelles, Archives générales du Royaume, 2010 (Justice & Society, 3).

 

Lien site web du projet.

2005-2008 :  projet de recherche financé par le service public de programmation de la Politique scientifique fédérale : « Les institutions publiques régionales et locales en Hainaut et Tournai/Tournaisis sous l’Ancien Régime »

 

Ce projet permet de dresser le Répertoire des institutions publiques et localles en Hainaut et Tournai-Tournaisis sous l'Ancien Régime. Il réunit trois partenaires : les Archives de l'État, le CRHiDI et le Centre de recherche sur l'histoire de l'Europe du Nord-Ouest (Université Charles de Gaulle - Lille-III). Le projet est co-dirigé par B. Desmaele (Archives de l'État) et J.-M. Cauchies (CRHiDI) et coordonné par F. Mariage (Archives de l'État/CRHiDI).

 

Publication en lien avec le projet : DESMAELE B. et CAUCHIES J-M. (éd.), MARIAGE F. (coord.), Les institutions publiques régionales et locales en Hainaut et Tournai-Tournaisis sous l’Ancien Régime, Bruxelles, Archives générales du Royaume, 2009, 517 p. (Studia, 119).

 

Lien : site web du projet.

fin 2005-2010 : projet FRFC « Prosopographie et répertoire des magistrats belges au 19e siècle ».

 

Ce projet (explicitation des initiales) associe trois partenaires: le CRHiDI, le Centre d'histoire du droit et de la justice de l'Université catholique de Louvain (UCL) et l'Université de Namur. Le projet tente de rendre accessible aux chercheurs des données relatives au rôle politique et social de la magistrature belge. Le but du projet est dès lors la réalisation d'une base de données à orientation prosopographique autour de cinq axes : données socioprofessionnelles, personnelles, politiques, intellectuelles et relationnelles.

1997-2001 : programme PAI IV/14 « La société urbaine au bas moyen âge ».

 

Ce pôle d'attraction interuniversitaire comprend outre le CRHiDI, l'Université de Gand, l'Université catholique de Louvain (UCL) et l'Université d'Anvers. 

 

Publication en lien avec le projet : BOUSMAR E. et CAUCHIES J.-M. (éd.), 'Faire bans, editz et status'. Légiférer dans la ville médiévale : sources, objets et acteurs de l'activité législative communale en Occident, ca. 1200-1550. Actes du colloque international tenu à Bruxelles les 17-20 novembre 1999, Bruxelles, Facultés universitaires Saint-Louis, 2001, XIV-700 p. (Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, n°87).

Actualités