Les activités du centre

Activités à venir

ven.

23

avril

2021

Journée d'étude : Fameux ou infâmes? Bonnes et mauvaises réputations aux/ des Temps Modernes

Le 23 avril 2021 à la Bibliothèque royale de Belgique (salle "Panorama").

 

 

Comité organisateur: Colin Dupont, Nicolas Duriau, Laure Fagnart, Valérie Leyh, Julien Régibeau et Matthieu Somon.

 

Comité scientifique: Elisabeth Aydin, Annick Delfosse, Gwendoline de Meûlenaere, Colin Dupont, Nicolas Duriau, Laure Fagnart, Valérie Leyh, William Riguelle, Matthieu Somon et Nicolas Simon.

Phénomènes modernes

En 1785, l’affaire du collier de Marie-Antoinette cause définitivement la perte de Cagliostro, alias Giuseppe Balsamo, qui s’était forgé une grande réputation de magicien dans toute l’Europe. Sa chute aggrave celle de la reine en France, malgré son innocence dans ce scandale. La même année, Casanova s’installe au château de Dux. Plus tard, il y rédigera son Histoire de ma vie, dont la lecture trahit désormais, à l’heure d’une dénonciation des violences faites aux femmes, moins un personnage éclatant qu’un infâme Don Juan. Le discrédit de la reine et du magicien aux Temps Modernes nous révèlent ainsi combien la réputation ne procède jamais d’un « consensus » objectif et consiste, selon les espace-temps, en un processus au contraire « muable » et « controversé » (Cavaillé, 2013, p. 206). Si notre regard actuel interroge ou remet en question le renom dont ont historiquement joui certaines de ces fameuses figures, il nous autorise, dans le cas de Casanova, à réévaluer tout entière la réputation des Lumières, encore largement associées au culte univoque de la raison, sinon des libertés, notamment d’expression.

 

Contrairement à la « fame » médiévale, la « réputation » des Temps Modernes ne dépend plus seulement d’actes ou de paroles qui les colportent dans une dimension locale et collective, mais aussi de l’imprimé, soit d’un nouveau mode de circulation et de reconnaissance de ces derniers. Cette « importance » médiatique que prennent « l’honneur et […] la réputation dans les sociétés d’Ancien Régime » (Drécourt, 2019, p. 25) nous permet non seulement d’aborder, selon les logiques sociales et réputationnelles qui les sous-tendent, leur fonctionnement, mais aussi les « dispositifs » (Chauvin et al., 2015, p. 5) ou les formes de contrôle auxquelles elles sont soumises.

 

Dans le cadre de sa prochaine journée d’étude, ModerNum souhaite ainsi reconsidérer la « fabrique des réputations » (Lilti, 2019, p. 186) aux Temps Modernes. Il s’agira notamment d’étudier leurs « mécanismes » (Becker, 1988, p. 362) ou modalités de (dé)construction (par la rumeur ou l’injure, entre autres) et de circulation ; leurs implications sociales et leurs relations avec le pouvoir ainsi que leurs causes, voire leurs conséquences juridiques. Apparemment moins restreint que d’autres types de notoriété, comme le sont la « gloire » ou la « célébrité » (Lilti, 2014, pp. 12-14), le concept de réputation, qui « permet d’attacher un poids, des valeurs et des qualités à un paysage indifférencié de biens, d’idées ou de personnes » (Origgi, 2013, p. 106), nous engage tant à (ré)évaluer le sujet moderne à travers les yeux et les dires de ses contemporains, qu’à mettre en lumière les jugements aujourd’hui portés sur la modernité.

Regards contemporains

Puisque les réputations sont par définition « provisoires » et « localisées » (Chauvin, 2013, p. 132), notre journée d’étude cherche en outre à rendre compte, en diachronie comme en synchronie, du positionnement critique adopté par les historien·ne·s – en ce compris de l’art et de la littérature – à l’égard de la notion de modernité, depuis ces cinquante dernières années. Comment, depuis l’entrée de la société « dans l’âge dit post-industriel » ou des cultures « dans l’âge dit postmoderne » (Lyotard, 1979, p. 11), notre regard a-t-il ou non changé sur les Temps Modernes, dont les aspirations universalistes – ou, pour ainsi dire, occidentales – et progressistes sont déjà fortement critiquées depuis la publication de La Dialectique de la raison (Horkheimer et Adorno, 1974) ? À titre d’exemple, comment la légende noire espagnole, inspirée de la politique impérialiste qu’a mise en place Philippe II, est-elle aujourd’hui perçue ? Qu’en est-il encore de l’historiographie de l’art de l’Europe du Nord, durablement marquée par le premier dialogue sur la peinture de Francisco de Holanda ? Faut-il à présent condamner les écrivains libertins pour avoir édifié leur imaginaire sur une misogynie systématique ou, plutôt, leurs exégètes pour avoir occulté, sous les attraits d’une tradition littéraire et libertine, une culture du viol « à la française » (Rey-Robert, 2019) ? Procédant d’une « épistémologie de la réputation » (Origgi, 2013, p. 106), tel est le regard exploratoire que nous nous proposons de porter sur l’« héritage d’un autre temps » (Lilti, 2014, p. 20).

Informations pratiques

Inscription gratuite via ce formulaire.

Contact: modernum.info@gmail.com

Programme

10h : Mot d’accueil & introduction

 

Session 1 : Réputations aux Temps Modernes

 

10h15 – Présidence : Nicolas Duriau (ULB)

Aurore Drécourt (ULiège) : Des mots qui peuvent briser des vies : rumeurs, injures et médisances à Liège au XVIIIe siècle

Valérie André (FNRS/ULB) : La mauvaise réputation : rousseur et préjugés, des origines aux Temps Modernes

 

11h15 : pause

 

11h30 – Présidence : Julien Régibeau (ULiège)

Jean-Pascal Gay (UCLouvain) :  Les théologiens de l’époque moderne et la fama : limites et logiques de l’assomption de l’honneur dans les catholicismes d’Ancien Régime ».

Gustaaf Janssens (KULeuven) : ‘De bonne famille et de mauvaise réputation’. Le duc d’Albe et les anciens Pays-Bas: une relation bien difficile

 

12h30-13h30 : repas

 

13h30 – Visite guidée de la section des Cartes et Plans

 

Session 2 – Réputations des Temps Modernes

 

14h15 – Présidence : à confirmer

Antoine Lilti (EHESS) : “Comme un général mort” : Voltaire et la postérité des Lumières

Eliane Viennot (U. Jeant-Monnet-Saint-Etienne) : L’histoire des gouvernantes de France à l’heure des assemblées et des amphis 100% mâles (1804-1860)

Gilles Lecuppre (UCLouvain) – titre à confirmer


Lire la suite

lun.

19

avril

2021

Midi CRHiDI : Comment interroger les institutions de l’Église dans une perspective d’histoire du genre ?

Mis sur pied en 2014, les Midis du CRHiDI sont l'occasion de donner la parole aux chercheur·e·s du centre (ou d'institutions extérieures) afin de présenter une recherche en cours. Ils doivent permettre de montrer l'actualité des recherches en histoire du droit et des institutions telles qu'elles sont menées actuellement.

 

Intervenante : Sarah Barthélemy

 


 

Dans le cadre de cette rencontre, Sarah Barthélemy présentera une partie de sa thèse de doctorat, soutenue à l’UCLouvain et l’EHESS sous la direction de Silvia Mostaccio et de Pierre-Antoine Fabre. Consacrée à des femmes « jésuites », la thèse porte sur la construction d’identités de genre dans le contexte des congrégations religieuses féminines à vocation apostolique, replacé dans une perspective de longue durée partant du XVIIe siècle.

 

Ce midi CRHiDI sera l’occasion de revenir sur l’un des paris méthodologiques de la thèse, celui d’une histoire institutionnelle genrée – comment interroger les institutions de l’Église dans une perspective d’histoire du genre ? Le cas d’étude proposé est celui de la fondation au XIXe siècle d’une congrégation jésuite au féminin. Il s’agira de suivre la fondatrice, qui joue à tous les niveaux de sa capacité sociale, intellectuelle, morale et spirituelle, afin de faire avancer sa demande d’approbation, auprès de jésuites, d’évêques, de cardinaux, du gouvernement central de la Compagnie de Jésus, et enfin, de papes. Devant cette proposition de vie religieuse féminine, la réponse de l'Église est plurielle, se traduisant par des conflits comme des collaborations, indépendamment de ses niveaux hiérarchiques et géographiques.

 


Lire la suite

lun.

14

déc.

2020

Webinaire : Des sujets nationaux en Bohême et au Brabant (1300-1450)

Délimitation du corpus, construction de comparables et premiers travaux sur les sources

 

Webinaire coorganisé par le CRHiDI et le Centre belge d’études bourguignonnes 1400-1600, le 14 décembre 2020 à partir de 14h00.

Lauréate de la bourse Marie Sklodowska-Curie (call 2019), Éloïse Adde a rejoint de CRHiDI pour y réaliser son projet de recherche intitulé : Nation – Power – Subjectivity: The Making of National Subjects in Late Medieval Bohemia and Brabant (1300-1450). Ce projet entend revenir sur le récit traditionnel qui considère l’apparition des nations comme inséparable de l’industrialisation et de la montée du capitalisme au XVIIIe siècle, et montrer que la nation, si elle n’est pas le mode d’organisation étatique hégémonique, est déjà un « facteur politique fondamental » au Moyen Âge et ne peut être réduite à un simple phénomène culturel ou ethnique. Mais l’ambition de ce programme est aussi de prendre en compte les facteurs tant individuels et collectifs dans la construction de la nation et de poser la question de la construction de « sujets nationaux » au Moyen Âge, en mettant au jour le va-et-vient entre aspirations individuelles et instrumentalisations politiques. Pour ce faire, il portera, dans une démarche transnationale et comparative, sur deux terrains, le Royaume de Bohême et le Duché de Brabant entre 1300 et 1480.

 

Connaissant déjà bien les sources relatives à la Bohême, Eloïse Adde se concentrera lors de cette rencontre sur les sources brabançonnes et sur la manière dont elle s’y prend pour construire des comparables entre les deux contextes et les deux grands corpus qu’elle a définis pour cette recherche.

 

Lire la suite

lun.

07

déc.

2020

Midi CRHiDI : « Amoureux ! Les yeux fermés ? ». Se préparer au mariage dans les milieux privilégiés d’Action Catholique : entre ruptures et continuités

Mis sur pied en 2014, les Midis du CRHiDI sont l'occasion de donner la parole aux chercheur·e·s du centre (ou d'institutions extérieures) afin de présenter une recherche en cours. Ils doivent permettre de montrer l'actualité des recherches en histoire du droit et des institutions telles qu'elles sont menées actuellement.

 

Intervenante : Camille Banse

 


Lors de cette rencontre, Camille Banse présentera son travail de recherche qui interroge les évolutions de la sexualité des jeunes privilégié.e.s de l’Action Catholique belge dans la période charnière des sixties.

 

En partant des archives de deux mouvements de jeunesse spécialisés, les Jeunesses Indépendantes et Étudiantes Catholiques (Féminines), et en les croisant avec un corpus de sources orales, il est possible d’analyser le discours institutionnel normatif auquel ses membres sont soumis.es. La sécularisation des enjeux intimes est « démêlée » en cinq perspectives : le nouvel amour conjugal, l’(in)éducation sexuelle, la mixité, les sexualités vécues et le mariage comme finalité. Confiné·e·s entre l'amour en amont et le mariage en aval, ces croyant·e·s tentent d'accommoder des modèles à deux poids, deux mesures.

 

Cette recherche se veut un plaidoyer pour une histoire de la sexualité et du genre en milieu religieux, avec ses codes, ses pratiques et ses spécificités.


Lire la suite

Activités passées

ven.

27

nov.

2020

Colloque - présentation : "Prisons, prisonniers et spiritualité"

 

Le 27 novembre 2020 - Université Saint-Louis - Bruxelles.

 

Lire la suite

lun.

05

oct.

2020

Midi CRHiDI : Des sujets nationaux en Bohême et au Brabant ? (1300-1450)

Mis sur pied en 2014, les Midis du CRHiDI sont l'occasion de donner la parole aux chercheur·e·s du centre (ou d'institutions extérieures) afin de présenter une recherche en cours. Ils doivent permettre de montrer l'actualité des recherches en histoire du droit et des institutions telles qu'elles sont menées actuellement.

 

Intervenante :  Éloïse Adde

 


Lire la suite

lun.

25

mai

2020

Central Africa PhD Day / Journées doctorales sur l'Afrique centrale

May 25- June 1, 2020 - du 25 Mai au 1er Juin 2020 à l'UCLouvain (Louvain-la-Neuve). ONLINE

Informations pratiques

Au vu des restrictions Covid-19, l’édition 2020 des "Journées doctorales" se fera en ligne. Il s’agira d’un forum asynchrone permettant aux doctorant·e·s travaillant sur l’Afrique centrale de recevoir des critiques sur leurs travaux en cours. Les participant·e·s posteront leurs textes et, éventuellement, une présentation vidéo de leur recherche. Ces présentations seront regroupées en "panels" thématiques. Les doctorant·e·s recevront des retours formels (écrits et/ou en vidéo) de la part de chercheur·e·s confirmé·e·s travaillant dans le même domaine, ainsi que de leurs pairs et d’autres membres du public dans les commentaires.

 

Le forum débutera le 25 mai et se clôturera le 1 juin, date à laquelle tous les textes et vidéos seront supprimés. Nous vous encourageons à visiter régulièrement le site pendant cette semaine de forum, afin de suivre l’évolution des discussions.

 

Vous êtes toutes et tous invité·e·s à lire, écouter et commenter les recherches des participants. Vous pouvez demander l’accès au forum en visitant http://crnphddays2020.pbworks.com/. Le 25 mai, vous recevrez une invitation par email vous proposant de créer votre propre mot de passe.

 

Lire la suite

jeu.

12

mars

2020

Colloque : "Lieux sacrés : les origines"

Organisé en partenariat avec le CRHiDI, du 12 au 14 mars 2020, à Arlon.

Présentation

Dieu n’habite pas dans les temples faits de la main de l’homme assure la Bible (Act. 17, 24). Pourtant le christianisme a produit bien des hauts lieux. Depuis « l’invention » des lieux de la Passion par sainte Hélène (vers 340) aux modestes chapelles de pèlerinage. Ils deviennent si fréquents que le code théodosien lui consacre son article 16. Le sacré donne au « lieu sa plénitude ».

Le réflexe n’est pas chrétien, il est universel. Dans les Formes élémentaires de la vie religieuse (1912), Emile Durkheim explique que l’espace est une dimension fondamentale du fait religieux. Les sites sacrés sont des « choses que les interdits protègent et isolent ». En 1987, Alphonse Dupront, dans Du sacré, estime que c’est une des deux catégories existentielles fondamentales pour aborder le fait religieux.

Tout lieu peut devenir sacré. Maurice Halbwachs, avec La topographie légendaire des Evangiles (1971), remarque que les lieux saints n’ont de valeur qu’avec « les yeux de la foi […] au-delà des apparences sensibles, on croit saisir un autre monde, qui n’est plus tout à fait dans l’espace et qui est le seul véritable. » Il convient d’analyser la « géopiété » chère à Yi-Fun Tuan promoteur d’une géographie humaniste.

 

Mais qu’est-ce qui fonde le sacré ? Alphonse Dupront distingue trois origines :

- Les lieux historiques marqués par la venue d’un saint, le souvenir d’un événement historique, la présence d’une maison religieuse…

- Les lieux du règne sur lesquels s’attachent une espérance eschatologique car il y a eu un miracle ou tout autre fait merveilleux

- Les lieux cosmiques nés d’une élection cultuelle mystérieuse, comme le sont sources, grottes ou rochers.

 

L’espace dans lequel, nous plaçons la problématique est celui entre Rhin, Moselle et Meuse ; un espace entre Bâle et Maastricht/Namur. Un espace marqué par des hauts lieux, que ce soit Saint-Hubert dans les Ardennes, ou le Mont-Saint-Odile qui domine le Rhin. C’est aussi l’espace des petits sanctuaires, potales belges ou pierres levées. Du menhir de Reckigen ou du Beisenerbierg, à la source miraculeuse Helperbu ou le tilleul du Plaid. La nature peut faire naître le sacré. Mais ce sont les traces de saint Willibrord à Echternach ou de saint Hubert dans les Ardennes. Entre Rhin et Meuse, le sacré est dans les eaux, au cœur des forêts, sur les sommets, près des reliques. Il se fixe sur des pierres dressées, les colonnes des temples antiques ou sous les voûtes des églises.

 

Ce colloque va donc interroger le temps long pour comprendre ce qui fonde le sacré. Nous ne souhaitons pas présenter tous les lieux marqués par la religion mais les « hauts lieux », ceux où « souffle l’esprit » selon la formule de Maurice Barrès ; c’est-à-dire les pèlerinages qu’ils soient reconnus par l’Eglise ou qu’ils ne soient reconnus que par la foi des fidèles. Bien évidemment, notre intention n’est pas de présenter l’histoire des sites, mais d’en scruter les origines, qu’elles soient attestées par l’histoire ou rêvées par les légendes. 

 


Lire la suite 0 commentaires

lun.

02

mars

2020

Midi CRHiDI : Évaluation de l’impact auprès des jeunes du « Décret Mémoire ». Présentation des résultats

Mis sur pied en 2014, les Midis du CRHiDI sont l'occasion de donner la parole aux chercheur·e·s du centre (ou d'institutions extérieures) afin de présenter une recherche en cours. Ils doivent permettre de montrer l'actualité des recherches en histoire du droit et des institutions telles qu'elles sont menées actuellement.

 

Intervenant·e·s :  

Hajar Oulad Ben Taïb, Nissaf SghaïerÉric Bousmar et Abraham Franssen (CESIR)

 


Lire la suite 0 commentaires

lun.

10

févr.

2020

Midi CRHiDI-IRIB : Le chemin de fer dans la ville. Gares et urbanisation au nord-est de Bruxelles 1850-1930

Midis du CRHiDI

Mis sur pied en 2014, ils sont l'occasion de donner la parole aux chercheurs du centre afin de présenter une recherche en cours. Ils doivent permettre de montrer l'actualité des recherches en histoire du droit et des institutions telles qu'elles sont menées actuellement.

 

Intervenante :  Alix Sacré

 

Discussion - Christian Vandermotten (IGEAT, Université libre de Bruxelles)

Animation - Eric Bousmar (co-directeur du CRHiDI, Université Saint-Louis - Bruxelles)

 

La séance débute à 12h et est suivie d'un temps de questions-réponses.


Lire la suite 0 commentaires

lun.

03

févr.

2020

Journée d'étude : Penser la coopétition à l’échelle de la monarchie hispanique (XVIe-XVIIe siècle)

Casa Velazquez - Madrid

Organisée par Nicolas Simon (chercheur associé du CRHiDI).

Présentation :

Le projet COLEX entend investiguer les rapports de coopétition au sein des différents territoires de la monarchie espagnole durant l’époque moderne (xvie-xviie siècle). Le concept de coopétition — capacité des agents à être en compétition et en coopération en même temps — doit nous permettre de prendre la mesure des interactions entre les différents niveaux juridictionnels propres à la Monarchie au moment de prendre la décision politique.

 

Réunissant pour la première fois les chercheurs qui composent le projet, cette journée vise à établir les bases historiographiques, problématiques et méthodologiques qui formeront le socle du projet.

 

Organisation :

Coord. : Nicolas SIMON (EHEHI-Casa de Velázquez, MIAS, Chercheur Marie Sklodkvska Curie)

Org. : École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Madrid Institute for Advanced Study, H2020- Actions Marie Sklodowska Curie


Lire la suite 0 commentaires

mar.

28

janv.

2020

Cours-conférence : Histoire, mémoire et décolonisation : enjeux et débats

Le 28 janvier 2020 : 12h30 à 16h00

Conférence organisés par la Faculté de Philosophie, Lettres et Sciences humaines de l'Université Saint-Louis - Bruxelles.

Cours-conférences à l'attention des classes de dernière année de l'enseignement secondaire.

 

Cette activité est réservée aux classes de l'enseignement secondaire dont l'inscription a été confirmée.

 

Lire la suite

lun.

02

déc.

2019

Midi CRHiDI : Aux marges des stratégies visuelles dans les décors de la Renaissance italienne ou l’art de cadrer son discours

Midis du CRHiDI

Mis sur pied en 2014, ils sont l'occasion de donner la parole aux chercheurs du centre afin de présenter une recherche en cours. Ils doivent permettre de montrer l'actualité des recherches en histoire du droit et des institutions telles qu'elles sont menées par les membres du CRHiDI.

Intervenante : Roxanne Loos (Professeure invitée USL-B / UCLouvain)

 

Roxanne Loos est docteure en histoire de l'art. Elle est actuellement chargée du cours d'histoire de l'art à l'Université Saint-Louis - Bruxelles et du cours d'arts et civilisations de la Renaissance à l'Université catholique de Louvain.

 

La séance débute à 12h30 et est suivie d'un temps de questions-réponses.


Lire la suite 1 commentaires

lun.

04

nov.

2019

Midi CRHiDI : "The Formation and Transmission of Western Legal Culture. 150 Books that Made the Law in the Age of Printing". Genèse, réalisation, critique

Midis du CRHiDI

Mis sur pied en 2014, ils sont l'occasion de donner la parole aux chercheurs du centre afin de présenter une recherche en cours. Ils doivent permettre de montrer l'actualité des recherches en histoire du droit et des institutions telles qu'elles sont menées actuellement.

Intervenant : Serge Dauchy (USL-B / CNRS)

 
Directeur de recherches au CNRS (France) et professeur à l’Université Saint-Louis. Serge Dauchy est directeur de l'Ecole doctorale en sciences juridiques et politiques (Lille-Nord de France). Il présentera l'ouvrage qu'il a co-édité (S. Dauchy, G. Martyn, A. Musson, H. Pihlajamäki, A. Wijffels (eds.)).

 

La séance débute à 12h30 et est suivie d'un temps de questions-réponses.


Lire la suite 0 commentaires

jeu.

24

oct.

2019

Colloque : « Ils estoient la merveille de leur siecle ». Le culte des saints fondateurs et tutélaires antérieurs à l’an mil à l’époque de la réforme catholique.

Organisé par le CRHiDI, en partenariat avec la société des Bollandistes, les 24 et 25 octobre 2019.

Lire la suite

jeu.

19

sept.

2019

Séminaire : La colonisation belge. Repères historiques et enjeux actuels

Animé par Enika Ngongo et Romain Landmeters, doctorants du CRHiDI.


Titre du séminaire : La colonisation belge. Repères historiques et enjeux actuels

Cadre : Formation à un militantisme décolonial. Racisme, intersectionnalité et convergence des luttes (organisé par Bamko ASBL)

 

L'objectif de ce séminaire dynamique est de présenter une introduction à l'histoire de la colonisation - spécifiquement - belge, en retraçant les grandes étapes de l'expérience coloniale belge au Congo (1885-1960) et au Ruanda-Urundi (1924-1962). Ensuite, en écho à cette histoire, le séminaire revient sur les questions de mémoire coloniale qui ont surgi depuis le début des années 2010 (Enseignement, Restitution, Monuments, etc.).

Lire la suite

mer.

05

juin

2019

25e forum annuel de l'Association des jeunes historiens du droit

Identité, citoyenneté et histoire du droit (5-8 juin 2019)

Du 5 au 8 juin 2019, le Centre de Recherches en Histoire du Droit, des Institutions et de la Société (CRHiDI) s'associe au Contextual Research in Law (VUB) et au Centre d'Histoire du Droit et d'Anthropologie juridique (ULB) pour organiser à Bruxelles la 25e édition du forum annuel de l'Association of Young Legal Historians. 

Lire la suite 0 commentaires

ven.

24

mai

2019

Présentation de l'ouvrage "La Transmission du pouvoir monarchique du moyen âge à nos jours. Entre droits et devoirs"

Le volume 113 de la collection Standen en Landen/Anciens Pays et Assemblées d'États sera présenté le vendredi 24 mai prochain à Bruxelles.

 

Il s'agit d'un ouvrage collectif issu d'un colloque organisé en 2015 par le CRHiDI.

 

L'ouvrage, édité par Pierre-Olivier De Broux, Philippe Desmette, Sophie Glansdorff, Bérengère Piret et Nicolas Simon contiendra les contributions de Gustaaf Janssens, Sophie Glansdorff, Frédérique Lachaud, Klaas Van Gelder, Frederik Dhondt, Pierre-Olivier De Broux, Vincent Dujardin, Matthias El Berhoumi et Jean-Marie Cauchies.

La succession d’un monarque ne se passe jamais simplement. En plus, elle ne peut généralement pas être appréhendée de façon univoque. Elle s’accompagne toujours de fantasmes et d’une mise en scène du pouvoir. Lors de la transmission du pouvoir, le rituel tente de transcender les particularités et de gommer les différences. Le but est la fusion des composantes sociales soumises au gouvernement de l’ancien et du nouveau dirigeant.

Comment penser la succession monarchique ? Quelles sont les bases essentielles de la succession ou de l’abdication ? Comment le souverain envisage-t-il sa succession et de quelle façon met-il en œuvre sa décision ? L’héritier est-il formé convenablement ? Qui gouverne

pendant l’interrègne ? Quel est le futur rôle de l’ancien monarque ? Dans quelle mesure le nouveau dépositaire du pouvoir est-il autonome ? Telles sont les principales questions abordées dans le présent ouvrage.

 

Le thème est riche et permet une double approche. En premier lieu, le sujet est traité de manière diachronique. Ainsi on étudie l’évolution de la transmission du pouvoir du Moyen Âge au XXIe siècle. En second lieu, le thème traverse les frontières disciplinaires.

Découvrez les approches de l’historien – médiéviste ou contemporanéiste –, de l’historien du droit et du juriste dans cet ouvrage.


Lire la suite 0 commentaires

ven.

17

mai

2019

AssembLex. Assemblées représentatives et processus législatif dans les anciens Pays-Bas, 15e-17e siècles


Ce colloque, co-organisé par le CRHiDI aux côtés de l'UCLouvain, vise à confronter deux champs de recherche restés jusqu'à présent éloignés l'un de l'autre, à savoir l'étude du phénomène législatif et les recherches centrées sur les assemblées dites représentatives.

Lire la suite 0 commentaires

lun.

06

mai

2019

Midi CRHiDI : Le regard de juriste sur la restitution de biens culturels en Afrique

Midis du CRHiDI

Mis sur pied en 2014, ils sont l'occasion de donner la parole aux chercheurs du centre afin de présenter une recherche en cours. Ils doivent permettre de montrer l'actualité des recherches en histoire du droit et des institutions telles qu'elles sont menées actuellement.

Intervenante : Marie-Sophie de Clippele (chargée de cours à l'USL-B)

 
Marie-Sophie vient de finir sa thèse comme aspirante au F.R.S.-FNRS en droit du patrimoine culturel à l'USL-B et à l'ENS Paris-Saclay, ayant pour titre : "À qui incombe la charge? La responsabilité partagée du patrimoine culturel, une propriété revisitée". Elle a participé à de nombreuses conférences relatives au patrimoine culturel, et notamment à la restitution d'oeuvres d'art, s'intéressant particulièrement aux questions juridiques.

 

La séance débute à 12h30 et est suivie d'un temps de questions-réponses.


Lire la suite 0 commentaires

lun.

01

avril

2019

Midi CRHiDI : Présentation du livre "Vivre et imprimer dans les Pays-Bas méridionaux (des origines à la Réforme)"

Midis du CRHiDI

Mis sur pied en 2014, ils sont l'occasion de donner la parole aux chercheurs du centre afin de présenter une recherche en cours. Ils doivent permettre de montrer l'actualité des recherches en histoire du droit et des institutions telles qu'elles sont menées actuellement.

 

Intervenant : Renaud Adam (ULiège – Transitions. Unité de recherches sur le Moyen Âge et la première Modernité)

 

La séance débute à 12h30 et est suivie d'un temps de questions-réponses.


Lire la suite 0 commentaires

lun.

18

mars

2019

Midi CRHiDI - SIEJ : L’invention de la « technique juridique »

Midis du CRHiDI

Mis sur pied en 2014, ils sont l'occasion de donner la parole aux chercheurs du centre afin de présenter une recherche en cours. Ils doivent permettre de montrer l'actualité des recherches en histoire du droit et des institutions telles qu'elles sont menées actuellement.

 

Cette séance est co-organisée avec le SIEJ.

Intervenant : Frédéric Audren (Directeur de recherche au CNRS (CEE - Sciences Po) et professeur à l’Ecole de droit de Sciences Po)

 

Il est actuellement professeur visiteur à l’Université libre de Bruxelles (Centre Perelman) pour l’année académique 2018-2019. Ses travaux portent principalement sur l’histoire des sciences sociales et sur l’histoire des savoirs juridiques à l’époque contemporaine. Dernières publications : (en collaboration avec Emmanuelle Chevreau et Raymond Verdier) Henri Lévy-Bruhl, juriste sociologue, Paris, Mare & Martin, 2018 et (en collaboration avec Ségolène Barbou des Places) Qu’est-ce qu’une discipline juridique ? Fondation et recomposition des disciplines dans les facultés de droit, Paris, LGDJ, 2018.

 

La séance débute à 12h30 et est suivie d'un temps de questions-réponses.


Lire la suite 0 commentaires

mer.

20

févr.

2019

Workshop "Étudier les États fédéraux de l'Antiquité : approches croisées et perspectives interdisciplinaires"

Organisé par Nicolas Meunier, membre du CRHiDI et avec le soutien du centre, dans le cadre des cours suivants :

HIST 1229, 1320 Séminaire d’Histoire de l’Antiquité et HIST 1282 cours d’Histoire approfondie de l’Antiquité

Lire la suite 0 commentaires

lun.

04

févr.

2019

Midi du CRHiDI : À la recherche du prédroit de Louis Gernet

Midis du CRHiDI

Mis sur pieds en 2014, ils sont l'occasion de donner la parole aux chercheurs du centre afin de présenter une recherche en cours. Ils doivent permettre de montrer l'actualité des recherches en histoire du droit et des institutions telles qu'elles sont menées par les membres du CRHiDI.

 

Orateur : Kévin Carillon

 

Titulaire d'une maîtrise en droit international et européen de l'Université Paris 1 - Panthéon Sorbonne, d'un master en histoire et anthropologie juridiques comparées de l'université Paris - Nanterre, il réalise actuellement un master en socio-anthropologie à l'Université libre de Bruxelles. 

Ses thèmes de recherche se scindent en deux parties distinctes : la nature et la pluralité du phénomène normatif dans l'Antiquité d'une part, et l'application du droit des étrangers sur le territoire européen, en particulier dans le cadre de la demande d'asile, d'autre part.

 

La séance débute à 12h30 et est suivie d'un temps de questions-réponses.

Résumé :

En 1951, dans un article désormais célèbre de la revue L’année Sociologique, l’éminent helléniste Louis Gernet posait cette question à première vue parfaitement incongrue : existe-t-il une séquence historique au cours de laquelle « les relations que nous nommons juridiques seraient conçues suivant un autre mode de pensée que dans le droit proprement dit » ? Son étude des sources le conduisit à formuler une réponse pour le moins originale : avant le droit, il y aurait eu le prédroit, qui s’en distinguerait nettement et qui, pourtant, en serait la matrice. C’est que l’historien, spécialiste des droits de l’Antiquité, tentait depuis longtemps de trancher le nœud gordien de la naissance du droit et que les résultats de ses travaux avaient mis en évidence des formes alternatives de normativité ne répondant pas aux canons du « droit proprement dit ».

 

Pour qui se lancerait à la recherche du prédroit de Louis Gernet, le chemin est semé d’embuches. Tout d’abord, le lecteur s’étonnera de ne jamais trouver de définition précise du concept dans l’œuvre du savant, peu porté à la synthèse. Désorienté, il constatera ensuite l’existence de deux versions du prédroit dans la pensée de l’auteur : une première, mal dégrossie, qui entend faire de la sacralité le ressort fondamental de la différenciation entre le droit et son prédécesseur, et une seconde, plus souple, qui fait de l’intensité du lien juridique le critère décisif de la distinction. Enfin, au regard de l’indigence des sources et des incertitudes pesant sur leur interprétation, notre infortuné lecteur se trouvera bien en peine d’identifier les institutions de l’Antiquité susceptibles de répondre à pareilles exigences.

Dans ce contexte, notre étude vise à faire le point sur le concept lui-même, à décrire ses apports et ses apories, à clarifier certaines zones d’ombre, mais aussi, plus largement, à exposer les tenants et les aboutissants du débat dans lequel il prend place. En effet, loin de considérer le droit comme un invariant des sociétés humaines, Louis Gernet réfute le caractère transhistorique du droit en tentant de situer et de circonscrire historiquement le phénomène juridique.

 

Aussi, l’intérêt du prédroit ne réside peut-être pas dans sa capacité à décrire stricto sensu une réalité historique difficilement préhensible mais plutôt dans sa capacité à réinterroger la nature du droit, sa portée et son histoire dans un contexte marqué par une prise en compte accrue du pluralisme normatif.


Lire la suite 0 commentaires

mar.

22

janv.

2019

Colloque : « Historiens et chroniqueurs du Hainaut du moyen âge à nos jours »

Organisé par le CRHiDI, en collaboration avec les Archives de l'Etat et le Hannonia (Centre d'information et de contact des cercles d'histoire, d'archéologie et de folklore du Hainaut), les 22 et 23 janvier 2019.

Programme :

L’objet de ce colloque consiste d’abord en un bilan historiographique général. Une quinzaine de spécialistes de l’histoire du Hainaut interviendront au travers de thématiques définies. Géographiquement, le Hainaut sera envisagé dans son acception la plus large : c’est-à-dire aussi bien le Hainaut médiéval que le Hainaut contemporain. 

Par la suite, un ouvrage devrait paraître. 

 


Lire la suite 0 commentaires

lun.

10

déc.

2018

Midi CRHiDI : L'avènement du sens par l'image. Thomas Hobbes et le frontispice du Léviathan (1651)

Midis du CRHiDI

Mis sur pied en 2014, ils sont l'occasion de donner la parole aux chercheurs du centre afin de présenter une recherche en cours. Ils doivent permettre de montrer l'actualité des recherches en histoire du droit et des institutions telles qu'elles sont menées par les membres du CRHiDI.

 

Orateur : Nicolas Simon

 

La séance débute à 12h30 et est suivie d'un temps de questions-réponses.

Résumé :

Le Léviathan est souvent présenté comme un « monument » dans l’histoire des idées politiques à l’époque moderne. Thomas Hobbes (1588-1679), auteur du traité, propose dans cet ouvrage de prendre acte des changements politiques intervenus dans l’Angleterre en proie à la guerre civile : les sujets d’un État devraient se mettre sous la conduite d’un souverain agissant, par délégation, pour le bien commun, la sécurité et la paix du pays. Thomas Hobbes ne recourrait toutefois pas seulement aux mots pour soutenir ses idées. Dans la lignée de la pensée humaniste défendant le recours à des images (par les mots ou au sens strict), Thomas Hobbes est le seul philosophe du droit de l’époque moderne à avoir proposer des frontispices complexes « monumentalisant » le début de de ses ouvrages ; chacun de ces frontispices condensant ainsi l’ensemble des idées émises dans les pages qui les suivent. Au cours de cette séance, il s’agira donc de comprendre les « stratégies visuelles » de Thomas Hobbes et d’aborder la question de la mise en image d’idées et de concepts politiques à l’époque moderne.

 

 


Lire la suite 0 commentaires

ven.

30

nov.

2018

Workshop : La médiation du passé bourguignon dans la Belgique fédérale et ses entités

Organisé à l’USL - Bruxelles par le Centre belge d’études bourguignonnes (1400-1600).

 

Le Centre belge d’études bourguignonnes 1400-1600 est une structure animée depuis 1984 par l’Université catholique de Louvain et par l’Université Saint-Louis Bruxelles. Il a pour objectif de stimuler l’étude interdisciplinaire de la culture et de la société dans les Etats bourguignons et les régions limitrophes. 

 

Programme :

 

Vendredi 30 novembre 2018

 

11h00-16h00

Salle des examens, Université Saint-Louis, 43 boulevard du Jardin botanique 1000 Bruxelles

Accueil avec café

 

11h15 — Eric BOUSMAR (Université Saint-Louis) : Les enjeux mémoriels du passé bourguignon et

sa médiation muséale en Belgique fédérale : quelques pistes de réflexion

 

11h30 — Bernard BOUSMANNE, Elena SAVINI & Julie BOUNITON (Bibliothèque royale Albert Ier) :

Le projet de musée bourguignon autour de la Libraire des ducs

 

12h00 Philippe GEORGES (Trésor de la Cathédrale / Université de Liège) : De Jean Lejeune au Trésor de la Cathédrale de Liège : Liège & Bourgogne

 

Lunch

 

14h00 — Samuel MAREEL (Universiteit Gent / Stedelijke Musea Mechelen), Les Bourguignons et

nous. Le projet du Museum Hof van Busleyden à Malines

 

14h30 Gilles DOCQUIER (Musée royal de Mariemont / Université Saint-Louis) : L'exposition 'D'or et d'azur' au Musée royal de Mariemont (2015-2016). Quand les ducs de Bourgogne s'invitent chez Marie de Hongrie

 

15h00 Discussion générale et conclusions

 

 

Pour les doctorants, la participation peut être valorisée dans le cadre de l’Ecole doctorale ED4 / EDT56 Histar. 

affiche CBEB 30 novembre 2018.pdf
Document Adobe Acrobat 398.2 KB

Lire la suite 0 commentaires

lun.

26

nov.

2018

Midi CRHiDI : Lubumbashi : microcosme (post)impérial. Sociabilités, Pouvoirs, Echanges. 1910-2018

Midi du CRHiDI

Orateur : Donatien Dibwe dia Mwembu

 

La séance débute à 12h et est suivie d'un temps de questions-réponses.

Donatien Dibwe dia Mwembu est docteur en histoire (Université Laval, Québec, 1990) et professeur d’histoire au département des sciences historiques de l’Université de Lubumbashi. Depuis 1990, il s’intéresse à l’histoire sociale, particulièrement aux cultures populaires urbaines.

En collaboration avec Bogumil Jewsiewicki, il a animé le projet Mémoires de Lubumbashi dont il a présidé le comité scientifique local. Il est directeur coordonnateur de l’Observatoire du Changement urbain (OCU).

 

Il compte à son actif plusieurs publications scientifiques, dont :
- Lubumbashi, 1910-2010:  mémoire d'une ville industrielle. Ukukmbusho wa mukini wa komponi. Paris, L'Harmattan, 2010.
- Faire de l'histoire orale dans une ville africaine: la méthode de Jan Vansina appliquée à Lubumbashi (R-D Congo). Paris, L'Harmattan, 2008.
Vivre ensemble au Katanga, Paris, L’Harmattan, 2005, (avec Marcel Ngandu Mutombo), édité par Véronique Klauber.


Lire la suite 0 commentaires

ven.

23

nov.

2018

Congo at War, Journal of Belgian History, 2018/1-2, vol. XLVIII

Un numéro thématique « Congo at War » du Journal of Belgian History, dirigé par Enika Ngongo, Bérengère Piret (membres du CRHiDI) et Nathalie Tousignant (co-directrice du CRHiDI) vient de paraître!

 

 

L'ouvrage a été présenté lors de la table ronde "Grande Guerre et publications à la fin des commémorations. Bilan et perspectives" organisée par le CegeSoma/Archives, le 19 novembre dernier.

Table des matières :


Lire la suite

lun.

05

nov.

2018

Midi CRHiDI : La Mission de Kanzenze, point de départ de l'expansion missionnaire des Frères Mineurs (Franciscains) au Katanga (1920-1960)

Midi du CRHiDI

Intervenant : Nicolas Tshijika Tshifufu

 

La séance débute à 12h30 et est suivie d'un temps de questions-réponses.


Résumé :

Kanzenze est la première mission franciscaine au Congo belge. La Mission de Kanzenze était appelée par les Franciscains à jouer un triple rôle:

1. Contraindre la propagande protestante (Méthodistes, Adventistes, Mission Garengaze) qui était très active dans la Région.

2. Kanzenze était une mission en vue du ministère, orientée à l’apostolat direct et devrait être une référence d’organisation pastorale pour d’autres missions franciscaines à venir.

3. Kanzenze devrait être le carrefour de la mission franciscaine au Congo belge et siège du Supérieur Régulier.


Lire la suite 2 commentaires

jeu.

18

oct.

2018

Law & Order. The role of the institutions in creating the legislation in the Low Countries (1500-1700s)

The history of legislation should not be limited to the study of legislative acts’ content. Legislation can clearly be seen as an instrument of early modern governments, but it must also be considered as a tool of communication between those that rule and their subjects. Understood as a communication process, the study of the early modern legislation decisively opens up a new angle in this field of research. Therefore, it must be realized that the history of legislation should be considered through a plural and multifactorial approach. 


Lire la suite

lun.

01

oct.

2018

Midi CRHiDI : La Rome archaïque du récit à l’histoire : déconstruction de la mémoire et reconstruction des faits

Midis du CRHiDI

Les Midis du CRHiDI reprennent.

Mis sur pied en 2014, ils sont l'occasion de donner la parole aux chercheurs du centre afin de présenter une recherche en cours. Ils doivent permettre de montrer l'actualité des recherches en histoire du droit et des institutions telles qu'elles sont menées actuellement.

 

Intervenant : Nicolas Meunier

 

La séance débute à 12h30 et est suivie d'un temps de questions-réponses.

Résumé :

L’historien qui tente d’étudier et de comprendre la période romaine archaïque fait face à de multiples difficultés qui rendent sa tâche particulièrement ardue et l’oblige à élargir ses horizons et ses méthodes.

Confronté à l’indigence des sources, et au caractère dominant, parmi celles-ci, des récits littéraires largement postérieurs aux faits, l’historien doit être particulièrement attentif à ne pas se laisser orienter malgré lui par les interprétations des Anciens lorsqu’il est lui-même amené à proposer une reconstitution des faits passés – un écueil qui est encore aujourd’hui trop largement sous-estimé.

À en croire la tradition, durant les deux premiers siècles du régime républicain (Ve-IVe s.), Rome aurait été constamment agitée, sur le plan interne, par un conflit social récurrent entre le patriciat et la plèbe. Sur le plan externe, elle aurait dès le début été maîtresse du Latium via la Ligue latine, présentée comme un instrument impérialiste de contrôle des autres cités latines.

Sur la base de trois cas d’études spécifiques que sont la proposition de la première loi agraire de l’histoire de Rome, la prise du Capitole par un certain Appius Herdonius et la première sécession de la plèbe, nous proposerons une manière de déconstruire le récit traditionnel et de lever le voile sur une réalité historique parfois fort différente de celle qui est clamée par nos sources.

Une réalité incontestablement moins dichotomique où Rome, sa société et ses institutions furent bien plus profondément influencées par le Latium qu’on ne l’a admis.


Lire la suite 0 commentaires

jeu.

31

mai

2018

Formation en Analyse des Données Textuelles avec "Hyperbase Web Edition"

Organisée par le CRHiDI, en collaboration avec le SeSLa (USL-B) et le LASLA (Université de Liège), le 31 mai et 1e juin 2018.

Programme :

Animée par Magali Guaresi (UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage – Université Nice Côte d’Azur) et Dominique Longrée (LASLA – ULiège), cette formation est destinée aux chercheuses et aux chercheurs souhaitant aborder l’analyse de données textuelles par l’utilisation du logiciel « Hyperbase Web Edition ».

Les participantes et les participants sont invités à venir avec leurs corpus.


Lire la suite 0 commentaires

jeu.

24

mai

2018

Brussels Medieval Culture And War Conference : Power, Authority, And Normativity

Le CRHiDI organisera l'édition 2018 de la conférence du 24 au 26 mai à l'Université Saint-Louis.

Brussels Medieval Culture and War Conference:

Power, Authority, and Normativity

Lire la suite 1 commentaires

lun.

14

mai

2018

Midi CRHiDi : Antoine Sohier (1885-1963). Un cas exemplaire de la magistrature coloniale belge ?

Midis du CRHiDI

Intervenant : Romain Landmeters

 

La séance débute à 12h30 et est suivie d'un temps de questions-réponses.

Photo : J.-M. Jadot, Notice nécrologique : Antoine Sohier, dans Bulletin des séances de l’ARSOM, 1964 — fascicule 1, p. 169

Résumé :

 

Par l’approche biographique du magistrat colonial belge Antoine Sohier, l'exposé reviendra sur les questions soulevées par le projet de recherche Belgafrican Magistrates Social Networks (2014-2018). D’abord, les contours du profil collectif des magistrats coloniaux belges, étudiés par le biais de trois revues juridiques coloniales, y seront dressés. Ce sera l’occasion d’évoquer les forces et les faiblesses des méthodes utilisées : la prosopographie, la Social Networks Analysis et les Periodical Studies. Ensuite, l’inscription d’A. Sohier au sein des réseaux coloniaux belges sera évoquée. Enfin, deux questions qui occupent actuellement Romain Landmeters seront approfondies. D’une part, que disent les sources étudiées du juge colonial et quelle est l’expérience d’Antoine Sohier dans cette fonction ? D’autre part, quel usage ont fait A. Sohier et ses collègues de l’ethnologie dans le développement du droit coutumier congolais ?


Lire la suite 0 commentaires

ven.

11

mai

2018

Journées internationales d'histoire du droit et des institutions

La Société d'histoire du droit et des institutions des pays flamands, picards et wallons organise l'édition 2018 à Arras les 11 et 12 mai 2018.

Le thème qui a été retenu par le bureau de la Société, est le suivant :

 

 

"Construction et déconstruction des territoires de l'Antiquité au Brexit".

Lire la suite 0 commentaires

lun.

30

avril

2018

Défense publique de la thèse de Quentin Verreycken : "L’État de grâce. Guerre et usage du pardon en Angleterre, France et anciens Pays-Bas au XVe siècle"

Lire la suite 0 commentaires

lun.

12

mars

2018

Midi CRHiDI : La circulation des produits précieux et/ou rares entre Al Andalus et les territoires francs (7e-12e siècles)

Midis du CRHiDI

Intervenante : Nissaf Sghaïer

 

La séance débute à 12h30 et est suivie d'un temps de questions-réponses.

 

L’exposé tentera de distinguer la circulation des biens rares et/ou précieux entre Al Andalus et les territoires francs sur base trois questionnements : premièrement, la nature des produits circulant, leurs places dans les sociétés andalouses et franques et leur production ; deuxièmement, les différents réseaux de communication parcourus, tant terrestres que maritimes ; troisièmement, les différents motifs de ces circulations (migrations, déplacements religieux, échanges diplomatiques, échanges commerciaux, donations, testaments …). Touchant à l’histoire économique, sociale, culturelle, politique et religieuse, ce sujet nécessite, comme il sera expliqué, d’être traité à partir de sources variées, aussi bien par leur typologie que par leur provenance. 


Lire la suite 0 commentaires

lun.

05

févr.

2018

Midi CRHiDI : La propriété des anciens comparée à celle des modernes

© Musée royal de Mariemont

Midis du CRHiDI

Intervenante : Annette Ruelle

 

La séance débute à 12h30 et est suivie d'un temps de questions-réponses.

 

La mise en perspective des anciens et des modernes est aussi bénéfique que délicate dans la mesure où il ne va pas de soi de se représenter les institutions d’une société de l’antiquité, dont l’histoire est tissée d’anachronismes d’autant plus opiniâtres qu’ils sont fixés au coeur dela tradition qui s’est revendiquée des anciens pour se construire elle-même (pour les juristes, à partir de la redécouverte du Digeste à la fin du XIe siècle) et nous en transmettre le legs.

A l’image de la liberté dans un texte célèbre de Benjamin Constant, la comparaison des anciens et des modernes sur la question de la propriété mérite à cet égard un réexamen critique. Notre modèle de la propriété comme un droit individuel, absolu et exclusif sur une chose matérielle est réputé nous venir tout droit du droit romain. Qu’en est-il au juste ?

Que représentait l’organisation du "propre", tant juridiquement que sociologiquement, à l’échelle de la cité antique ? Et quelles apories la restitution de la propriété dans son contexte romain archaïque révèle-t-elle à l’heure où l’idéal de la propriété moderne pâlit dans la doctrine civiliste des droits romano-canoniques ?


Lire la suite 0 commentaires

lun.

11

déc.

2017

Midi CRHiDI : Pionnières de l'immigration marocaine dans la commune de Molenbeek-Saint-Jean : parcours de femmes de 1964 à 1974

Midis du CRHiDI

Intervenante : Hajar Oulad ben Taïb

 

La séance débute à 12h30 et est suivie d'un temps de questions-réponses.

Résumé :

 

En 1964, le Maroc signe un accord avec la Belgique d’envoi de main d’œuvre d’appoint. Dans ce cadre, les femmes marocaines gagnent aussi la Belgique. L’objectif de cette présentation est de fournir une vue d’ensemble du processus migratoire des pionnières de l’immigration marocaine installées dans la commune de Molenbeek-Saint-Jean. Ainsi, nous présenterons une étude des différentes étapes du mouvement migratoire que sont le départ, le voyage, l’arrivée et l’installation au sein de la commune. Une relecture « genrée » du phénomène migratoire permettra aussi de poser la question du travail des femmes et des structures publiques et/ou privées venant en aide à cette population féminine.


Lire la suite 0 commentaires

jeu.

30

nov.

2017

Le CRHiDI fête ses 25 ans !

25 ans du CRHiDI

Le Centre de recherches en histoire du droit et des institutions (CRHiDI), fondé à l'Université Saint-Louis - Bruxelles (anciennement Facultés universitaires Saint-Louis) en novembre 1992, rassemble des enseignants et chercheurs des Facultés de droit et de philosophie, lettres et sciences humaines. Ses travaux s'organisent en trois axes thématiques de recherche (l’histoire du droit – l’histoire des pouvoirs, des institutions et de la société – les enjeux historiographiques, mémoriels et méthodologiques) et portent sur les mondes méditerranéen, européen et africain, de l'antiquité à nos jours.

Afin de fêter les 25 ans d’existence du centre, ses membres vous convient à deux activités organisées le jeudi 30 novembre 2017. 

 

 

 

 


Lire la suite

mer.

22

nov.

2017

Présentation des ouvrages de l'abbé André Tihon

 

Le CHIREL Saint-Louis / CRHIDI présentera trois ouvrages publiés par l’abbé André Tihon, professeur émérite de l’USL-B :

 

Le Dictionnaire des Pays-Bas autrichiens, des principautés de Liège et de Stavelot-Malmedy, et du duché de Bouillon en 1787 

Ce dictionnaire mentionne quelques 3600 paroisses et chapelles desservies par un prêtre en Belgique, au Grand-Duché de Luxembourg, aux Pays-Bas et en Allemagne à la fin de l’Ancien Régime. Pour chacune, il reprend chaque localité, la commune en 1961 et en 1977, après la fusion des anciennes communes, les pays, les provinces, les diocèses et les doyennés en 1787, le pays et les provinces en 1961 et, éventuellement, les changements de provinces survenus en 1977. 

 

Les religieux et anciens religieux des Pays-Bas autrichiens en 1786

Ce livre reprend les oratoriens, les religieux et les anciens religieux, notamment les jésuites, dont la société avait été supprimée par le Pape en 1773, ou d’autres religieux faisant partie d’ordres ou de maisons supprimés par Joseph II dans les années 1780.

 

Le clergé séculier dans les Pays-Bas autrichiens en 1786

Ce volume reprend tout le clergé séculier, les oratoriens et les religieux ou anciens religieux exerçant une fonction dans le ministère pastoral.

 

Tous trois sont édités par les Archives générales du Royaume.

 

Présentation de l’auteur par le professeur Philippe Desmette

Présentation des ouvrages par André Tihon

Mises en perspective par

Sébastien Dubois, professeur à l’Université Saint-Louis,

directeur opérationnel aux Archives de l’Etat

Bernard Vandermeersch, doctorant en histoire

 


Lire la suite 0 commentaires

lun.

06

nov.

2017

Juger les « coupables de guerre » dans les années 1920 : une expérience pionnière pour rendre une justice visible ?

Midis du CRHiDI

Orateur : Ornella Rovetta

 

La séance débute à 12h30 et est suivie d'un temps de questions-réponses.

Résumé :

 

It took the Belgian courts six years from the end of the First World War to organize an impressive series of in absentia trials in 1924-25, a decade after the German invasion of Belgium. The successive steps preceding these trials were subject to an intense diplomatic and media coverage (Clappaert 2014). It was indeed a period of experiencing concurrent jurisdictions (a failed international court, the Leipzig trials, the French and Belgian national cases), dealing with extradition issues and gathering testimonies on the violation of the laws and customs of war against civilians. Belgian political and judicial authorities thus mobilized individual actors (victims, eyewitnesses) and institutional actors (magistrates, local authorities) in order to identify and prosecute German coupables de guerre.

This paper addresses the transnational character of post-WWI trials, analysing the attempts to confront multiple documentary sources on the crimes committed and to initiate legal and judicial information exchanges between France, Great Britain, Belgium and Germany (Lewis 2014). How were the “atrocities” (Horne and Kramer 2001) "represented" and qualified by Tribunals ten years after the facts? In 1921, Great Britain, France and Belgium sent observers in Leipzig to report on the trials before the Supreme Court and the cases led to an intense media and political coverage. But in the 1924-25 Belgian trials, the defendants were absent. In this case, the trial was just a stage in which to produce a peculiar truth in the midst of a very public and on-going controversy. 

Building on an analysis of trial records, diplomatic archives and press clippings, the paper seeks to compare the process of publicization of these cases, taking into account their specific setup, their audience and visibility and reflecting on whether they can be considered a pioneering precedent in making post-war justice visible.


Lire la suite 0 commentaires

mer.

18

oct.

2017

Colloque : Être femmes dans une Église d’hommes entre Italie du Nord et Pays-Bas méridionaux - Engagements, discours et réceptions, du Moyen Âge à la fin

Argumentaire

C'est un lieu commun de dire que le christianisme et, plus encore, les institutions qu'il a produites ont forgé les principales argumentations utilisées pour maintenir les femmes dans un rapport de sujétion au monde masculin et cantonner leurs activités au domaine privé ou à la sphère domestique.


Lire la suite 0 commentaires

lun.

02

oct.

2017

La ligne de ceinture est de Bruxelles : histoire d'une barrière de croissance

Première séance des Midis du CRHiDI

Orateur : Alix Sacré

 

La séance débute à 12h (début des conférences à 12h30) et est suivie d'un temps de questions-réponses.

Résumé :

 

Quel a été l’impact du développement du chemin de fer sur la morphologie urbaine des  faubourgs de Bruxelles ? Pour tenter d’apporter une première réponse à cette vaste question, nous examinerons le rôle des infrastructures ferroviaires (voies et gares) de la ligne de ceinture Est de Bruxelles (l’actuelle ligne 161). Nous démontrerons que, contrairement à une idée reçue et encore largement diffusée, la formidable croissance du réseau ferroviaire dans la deuxième moitié du XIXe siècle a parfois pu constituer un redoutable obstacle à l’urbanisation de certains quartiers en érigeant au beau milieu de ce ceux-ci ce que l’on pour-rait appeler des "barrières de croissance". Croisant des archives de différentes natures et notamment cartographiques avec des concepts issus des travaux sur la morphologie urbaine, nous montrerons qu'à travers l’exemple de cette ligne que, si les gares ont souvent favorisé le développement urbain, les voies ferrées traversant la ville ont par contre joué le rôle inverse,  en constituant parfois d’importantes entraves à la croissance de certains quartiers.


Lire la suite 0 commentaires

mer.

27

sept.

2017

Colloque : Le miracle de guerre dans la chrétienté occidentale (4e-21e s.)

Argumentaire

Depuis les années 1980, et spécialement les travaux de Franco Cardini, le concept de « culture de guerre » s’est largement diffusé dans l’historiographie. Il tend à expliquer et à analyser la manière dont les contemporains ont perçu et vécu un conflit ce qui détermine leurs comportements, leurs peurs, leurs espoirs, leurs pratiques… L’idée est abondamment utilisée dans des ouvrages propres, comme ceux de George Mosse (Fallen Soldiers. Reshaping the Memory of the World War), des colloques, comme celui dirigé par John Horne (Vers la guerre totale. Le tournant de 1914-1915), des travaux d’équipes tels ceux pilotés par Stéphane Audoin-Rouzeau ou Annette Becker. Si longtemps, le religieux est passé souvent au second plan, il est désormais un des domaines les plus prometteurs de la recherche. C’est dans ce contexte que nous souhaitons inscrire ce colloque. 

Lire la suite 0 commentaires

lun.

18

sept.

2017

Cérémonie de remise du troisième ouvrage de Mélanges à Jean-Marie Cauchies

Le 18 septembre 2017, Centre européen d'études bourguignonnes (CEEB) organise une cérémonie en l'honneur du Professeur Jean-Marie Cauchies, co-fondateur du CRHiDI, membre de l'Académie royale de Belgique et professeur émérite de l'Université Saint-Louis - Bruxelles, à l'occasion de la remise du troisième ouvrage des Mélanges publiés à l'occasion de ses 65 ans, intitulé "Pour la singulière affection qu'avons a luy. Etudes bourguignonnes offertes à Jean-Marie Cauchies". 

 


Lire la suite 0 commentaires

ven.

26

mai

2017

Colloque - Construire la frontière, les Croÿ, Montcornet et les guerres de religion (25-27/05/2017)

En1567, disparaissait Antoine de Croÿ-Porcien, baron de Montcornet-en-Ardenne, dit "le calviniste", un des plus jeunes chefs protestants français du début des Guerres de Religion. A cette occasion, Yves Junot (UVHC) et Violet Soen (KU Leuven) organisent dans les ruines de son château de Montcornet un colloque sur cette figure d'un grand lignage aristocratique, son univers familial, social et politique pour porter un nouvel éclairage sur les guerres civiles du XVIe siècle et la construction de la frontière entre France et territoires de la monarchie hispanique.

 

Le professeur Jean-Marie Cauchies présidera une session de travail de ce colloque le 26 mai. 


Lire la suite 1 commentaires

ven.

12

mai

2017

Colloque : Paroisses et pouvoir civil au travers des siècles : je t'aime moi non plus ?

Argumentaire

Fréquemment la presse se fait l'écho de tensions, voire de différends, entre fabriques d'église et autorités communales. Pèse, bien entendu, sur cette problématique le vieillissement des édifices cultuels dont les coûts d'entretien et de rénovation suscitent parfois des réticences, surtout au vu du recul de la pratique religieuse, de la multiculturalité et de la laïcisation croissantes de nos sociétés depuis le début du XIXe siècle. Mais au-delà, surgit la question – éminemment  politique – du rapport entre la sphère ecclésiastique et la sphère civile.

 

Lire la suite 1 commentaires

mer.

26

avril

2017

Défense publique de la thèse de Nicolas Simon : "Quand légiférer c’est communiquer. La dynamique de la décision gouvernementale dans les anciens Pays-Bas espagn

Défense de thèse de Nicolas Simon en vue de l'obtention du titre de Docteur en Histoire.

 

PRÉSIDENT

Professeur Eric Bousmar | Université Saint-Louis - Bruxelles

 

JURY

Professeur Philippe Desmette (promoteur) | Université Saint-Louis - Bruxelles

Professeur Jean-Marie Cauchies (co-promoteur) | Université Saint-Louis - Bruxelles

Professeure Violet Soen | KULeuven

Professeur René Vermeir | Ugent

Professeur Yves Junot | Université de Valenciennes

 


Lire la suite 0 commentaires

mar.

18

avril

2017

Séminaire du CES : Espace public, Ville et Héritages. Intervenir sur les monuments coloniaux.

Juin 2016, un manifeste co-signé par des personnes issues des milieux académique, culturel et militant proposait de « décoloniser la statue de Léopold II » sise place du Trône à Bruxelles. Dans ce manifeste, les signataires contestent, en l’état, la présence des traces coloniales qui hantent nos espaces publics telle la statue de Léopold II cherchant inlassablement à alimenter le mythe du roi bâtisseur au service d’une idéologie patriotique. Ce récit propagandiste, qui occulte la nature morbide du capitalisme et du colonialisme, est en train de craqueler de partout. Tags et graffitis, peintures rouges venant régulièrement sur le buste de la statue se confronter à la violence d’un récit négationniste. La question aujourd’hui que pose le collectif est la suivante : Que faire de ces monuments coloniaux ? Comment se rapporter à l’histoire et au passé colonial, dans toute son épaisseur, pour en hériter autrement ? Comment faire pour enrayer l’emprise coloniale que ces monuments opèrent sur les villes occidentales pour parvenir à nous situer à la hauteur des enjeux urbains contemporains.

 

Présentation : Véronique Clette-Gakuba (ULB) avec d’autres membres du collectif proposant « la décolonisation de la statue de Léopold II ».

 

Discutante : Nathalie Tousignant (USL-B).

 

Organisé par le Centre d'Etudes sociologies de l'Université Saint-Louis - Bruxelles.

Lire la suite 0 commentaires

mer.

15

mars

2017

Chaire Francqui : "L'Histoire aujourd'hui : transformation ou crépuscule ?"

Organisée par l'Université Saint-Louis - Bruxelles

Orateur(s) : Shlomo Sand - Professeur émérite à l'Université de Tel Aviv

 

Programme

 

Mercredi 15 mars 2017 : Leçon inaugurale : "L'historien : intellectuel ou homme de science ?" (18h-20h, auditoire 1). La leçon sera suivie d'une réception à la salle des examens de l'Université Saint-Louis. Plus d'infos ici.

 

Vendredi 17 mars 2017 : "L’ère des nations et l’invention de l’histoire des peuples au long cours" (14h-16h, local P61). Plus d'infos ici.

 

Lundi 20 mars 2017 : "Conscience du passé à l’ère de l’audiovisuel ou le crépuscule de l’histoire" (16h-18h, Local P61). Plus d'infos ici.

 

Mercredi 22 mars 2017 : "De l’histoire politique à l’histoire culturelle" (11h-13h, local P61). Plus d'infos ici.

 

Vendredi 24 mars 2017 : "Du monde antique à l’Union européenne : sur le temps et l’espace" (11h-13h, local P61). Plus d'infos ici.

 


Lire la suite 0 commentaires

mer.

18

janv.

2017

Book launch : Les mots de la Justice / Het verhaal van Justitie (IAP Justice et Populations : The Belgian Experience in International Perspective)

Le 18 janvier 2017, après les communications du Colloque "The Art of Law" est organisé le book launch "Les mots de la Justice/Het verhaal van Justitie (IAP Justice & Populations: The Belgian Experience in International Perspective)", codirigé par Aude Hendrick, Aude Musin, Nathalie Tousignant et Xavier Rousseaux.

 

Ce livre sera présenté autour d’un verre et d’une exposition réalisée par Françoise Muller (UCL) et Benoît Henriet (USaint-Louis).

 

Ce book Launch aura lieu à 16h au Groeningemuseum à Bruges. Infos pratiques ici.

 

Lire la suite 0 commentaires

lun.

16

janv.

2017

Colloque : The Art of Law : Artistic Representations and Iconography of Law & Justice in Context from the Middle Ages to the First World War.

Du 16 au 18 janvier 2017 aura lieu le colloque "The Art of Law : Artistic Representations and Iconography of Law & Justice in Context from the Middle Ages to the First World War" au Groeningemuseum à Bruges.

 

Cette conférence clotûre les activités du PAI Justice and Populations : Long-term(Self)Representations of Justice (LongTermJust) — WP4 (Plus d'infos ici).

 

Eric Bousmar et Nathalie Tousignant seront modérateurs la journée du 18 janvier.

 

 

Informations pratiques, inscriptions et programme complet ici.

 

Lire la suite 0 commentaires

ven.

13

janv.

2017

Exposition - Les Congolais dans la Grande Guerre : Inconnus à cette adresse

Dans le cadre du programme de commémoration 2014-2018, l’Institut des Vétérans-INIG et le Musée royal de l’Afrique centrale joignent leurs forces pour réaliser une exposition itinérante en Belgique mettant en lumière une partie de l’histoire jusqu’ici un peu ignorée : le Congo pendant la Première Guerre mondiale.

Composée par Griet Brosens (Institut des Vétérans-INIG), Anne Cornet, Anne Welschen (Musée royal de l’Afrique centrale) et notre collègue, Enika Ngongo, cette exposition de 3 cubes de 4 panneaux (12 panneaux au total) illustrés de documents d’archives, de photos inédites et de cartes sera installée à différents endroits publics (places, gares,…) dans plusieurs villes belges (Bruxelles, Anvers, Ottignies, Ostende, Namur) dont le patrimoine renvoie à la Première Guerre mondiale en Afrique centrale et orientale.

Lire la suite 1 commentaires

ven.

16

déc.

2016

Défense publique de la thèse de Bérengère Piret : "La justice coloniale en procès. Organisation et pratique judiciaire, le tribunal de district de Stanleyville"

Défense de thèse de Bérengère Piret en vue de l'obtention du titre de Docteure en Histoire

 

PRÉSIDENT

Pierre-Olivier de Broux | Université Saint-Louis - Bruxelles

 

JURY

Nathalie Tousignant | Université Saint-Louis - Bruxelles, promotrice

Serge Dauchy | Université Lille 2 et Université Saint-Louis - Bruxelles, promoteur

Dirk Heirbaut | Universiteit Gent

Florence Renucci | Université Lille 2

Guy Vanthemsche | Vrije Universiteit Brussel


Lire la suite 0 commentaires

jeu.

01

déc.

2016

Conférence - Pearl Harbour, 75 ans après. Aspects connus et méconnus de l'opération

Le Professeur Louis le Hardÿ de Beaulieu, Président de l’Académie Royale de Marine de Belgique et le Professeur Pierre-Olivier de Broux, Professeur à l’Université Saint-Louis à Bruxelles, ont l'honneur de vous inviter à assister à la conférence que donnera le Capitaine de Vaisseau Breveté d’Etat-major e.r. John Saussez, Chargé de cours Hre en "History of Naval Warfare" à l'École Royale Militaire, sur le thème : "Pearl Harbour, 75 ans après. Aspects connus et méconnus de l'opération". La lecture publique se fera en Français et les questions et réponses dans les deux langues nationales.

Lire la suite 0 commentaires

dim.

20

nov.

2016

Exposition - Héros d'argile et de papier. Collection Van Herck

Présentation de l'exposition

Après le dépôt d’exceptionnelles porcelaines de Tournai et d’une collection de près de 200 textiles coptes au Musée royal de Mariemont, un nouveau projet vient affermir le fructueux partenariat noué avec la Fondation Roi Baudouin. Issu d’une importante famille d’antiquaires anversois, Charles Van Herck (1884-1955) est parvenu, pendant près d’un demi-siècle, à rassembler un ensemble unique, fruit d’un patient travail de savantes recherches. Mise en dépôt aux Musées royaux des Beaux-Arts et au Cabinet des Estampes de la métropole scaldienne, sa collection, comprenant pas moins de 110 essais et modèles en terre cuite et près de 700 dessins préparatoires, offre un magnifique panorama relatif à la sculpture dans les anciens Pays-Bas et l’actuelle Belgique, du 17e au 19e siècle. Témoins immédiats du processus de création artistique en deux et trois dimensions, ces œuvres, élaborées avant la réalisation définitive de la commande sculptée, surprennent par leurs qualités plastique et esthétique de premier ordre.

 

Pendant un semestre, une sélection de pièces de la collection Van Herck sera présentée à Mariemont, dans le cadre d’une année consacrée aux mythologies. Thématique prolifique de l’art baroque et du langage classique, le panthéon gréco-romain, ses dieux, ses génies et ses héros y seront mis à l’honneur. Un dialogue sera également établi avec les figures tutélaires de l’iconographie chrétienne. Parallèlement, une publication verra le jour à cette occasion dans lasérie du Fonds du Patrimoine de la Fondation Roi Baudouin.

 

Les commissaires de cette exposition sont Annie Verbanck-Piérard et Gilles Docquier. Celui-ci est membre du CRHiDI et doctorant à l'Université Saint-Louis - Bruxelles.

 

(Source : Musée royal de Mariemont)


Lire la suite 0 commentaires

ven.

07

oct.

2016

Le Moyen Âge dans les (nouveaux) médias : quelle place pour les médiévistes ? (journée du RMBLF)

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Nicolas Simon et Quentin Verreycken, doctorants au CRHiDI et aspirant FRS-FNRS, participeront à la prochaine journée du Réseau des médiévistes belges de langue française en partenariat avec Ménestrel.

 

 

Argumentaire

Depuis l’avènement des médias de masse – presses papier, radiophonique, télévisuelle et numérique – le Moyen Âge a toujours trouvé en eux des caisses de résonances plus ou moins déformantes. Ce furent les romans à épisodes du XIXe siècle et les bandes dessinées du milieu du XXe pour la presse écrite, les aventures de Robin des Bois ou de sa déclinaison française Thierry la Fronde pour le cinéma et la télévision, avant qu’Internet ne charrie avec lui ses milliers, pour ne pas dire millions de pages où les annonces de fêtes médiévales le disputent aux vidéos abordant tel ou tel point d’Histoire, signe d’un intérêt du grand public pour notre période. Toutefois, si la situation actuelle n’est pas une rupture mais bien la poursuite d’un processus plus ancien, elle coïncide aussi désormais avec la remise en cause et du savoir académique, voire de tout type d’autorité intellectuelle et savante, et de la légitimité de l’Histoire comme matière d’enseignement.

 

Face à cette double perspective, deux attitudes s’offrent à nous. La première, la plus simple, consiste à se maintenir éloigné de ces questions, tout en espérant que les sciences humaines retrouveront un jour, leur entière légitimité aux yeux du public. Mais peut-on tabler sur l’essoufflement des critiques dirigées contre nos disciplines alors qu’elles se font entendre au sein même des assemblées parlementaires de toute l’Europe, pour ne pas dire de plus loin encore ? La deuxième nécessite la prise de risque, dans la mesure où elle requiert de sacrifier une part certaine du temps consacré à ce qui fait l’essentiel du travail de l’historien, à savoir la recherche, pour répondre sur le terrain médiatique. Alors même que c’est par l’analyse que l’enseignant et le chercheur affinent patiemment, la connaissance du passé, il leur faudrait en plus gagner une place d’homme de média, et donc de référence, aux yeux du grand public. La vulgarisation, ou « valorisation » si l’on adopte le lexique des instances d’évaluation, doit-elle pour autant s’ériger en nouveau Graal du chercheur ? Ne s’agit-il que d’être vu, « suivi », « aimé » ou « cliqué », en dépit du risque d’être coupé au montage, faisant dire à l’interviewé l’inverse de ce qu’il expliquait ou ressasser d’éternels lieux communs ? Et que dire de la promotion des « bons clients », adoubés comme tels en coulisse par certains journalistes, que l’on sollicite sur leur seul rendu médiatique, sans vraiment tenir compte de leurs qualifications réelles pour traiter d’un sujet particulier ?

 

C’est toutefois dans cet espace, dont il lui faut mesurer les limites et les risques d’aliénation, que l’historien pourra relever deux défis capitaux qui sont autant de combats, pour reprendre les mots désormais bien connus de Joseph Morsel. D’une part, il a, dans la société comme dans ses travaux, la mission d’enseigner, d’instruire, de diffuser ses connaissances, de battre en brèche ou de redresser des idées périmées et erronées, dont certaines retrouvent aujourd’hui un souffle nouveau par la numérisation et la propagation à grande échelle d’ouvrages appartenant au domaine public. L’historien, le médiéviste est donc encouragé à valoriser les résultats de ses enquêtes en veillant à leur diffusion plus efficace ou plus rapide, y compris par les nouveaux médias. Il peut (doit?) également faire entendre sa voix dans le débat public comme détenteur d’un savoir scientifique particulier et s’efforcer d’apporter l’éclairage indispensable à la bonne compréhension de l’actualité. L’enjeu nécessite d’apprivoiser et, surtout, de tirer profit des dispositifs du discours audiovisuel, rediffusé et amplifié sur les réseaux sociaux et tous les moyens de « replay », même s’ils vont régulièrement à l’encontre de la nuance et du temps propres à la recherche historique. En retour, de façon moins visible et avec des résultats moins rapidement sensibles, on peut espérer que l’action médiatique rappellera combien l’existence de l’historien est légitime et sa réflexion, nécessaire à toute société.

 

C’est dans ce contexte, pour évoquer ces questions, réfléchir aux opportunités, parler des inquiétudes et tenter d’apporter des réponses que le Réseau des Médiévistes belges de Langue française (Groupe de contact du Fonds de la Recherche scientifique-FNRS) accueille le réseau de médiévistes Ménestrel pour une journée d’étude consacrée à la place des médiévistes dans les médias. Quelle peut ou doit être cette place ? Comment l’assurer et la défendre ? Qu’en faire, surtout ? La presse écrite, généraliste ou spécialisée, la littérature, la bande dessinée, les guides touristiques, la radio ou la télévision, et l’amplification de tous les médias via Internet, mais surtout aujourd’hui les innombrables réseaux sociaux, blogs, plate-formes, interfaces, publications et interventions en ligne sont autant de lices ouvertes aux médiévistes. Et autant de thématiques, qui ne doivent pas en obérer d’autres, que l’on se réjouit de voir abordées lors de cette future rencontre.


Lire la suite 3 commentaires

mer.

28

sept.

2016

Collège Belgique 2016 - Une culture de l'Etat ? Lobbies, pétitions et prise de décision dans les Pays-Bas (15e-17e siècles)

Présentation du Collège Belgique

Placé sous l’égide de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts, qui a associé à son projet les Académies de Médecine, et de Langue et Littérature françaises, et sous le prestigieux parrainage du Collège de France, le Collège Belgique a l’ambition d’aborder autrement les matières traitées dans ses cours-conférences, dispensés à Bruxelles au Palais des Académies et à Namur au Palais provincial.

 

Le Collège Belgique propose à chacun, tant à un public curieux qu’au chercheur spécialisé, des cours-conférences de haut niveau, orientés vers des thématiques peu explorées et aux confins de différentes disciplines. Il vise ainsi à sortir des universités, institutions artistiques et autres centres de recherche un savoir peu diffusé, afin de permettre à l’ensemble des citoyens d’y accéder. 

Ces cours-conférences sont ouverts à toutes et à tous, gratuitement et sans inscription.

 

Ils s’étendent sur une durée totale de 2 à 6 heures, partagée en 1 à 3 leçons réparties dans le temps. 

 

Les cours-conférences du Collège Belgique s’adressent également aux doctorants en cours de formation, en vue d’une valorisation en crédits ECTS dans le cadre du programme des Écoles doctorales. Une attestation utilisable dans le cadre d'une potentielle demande de valorisation aux instances compétentes sera délivrée lors de la leçon au doctorant qui en fait la demande.


Lire la suite 0 commentaires

jeu.

22

sept.

2016

Colloque - Les cultures de la décision dans l'espace bourguignon : acteurs, conflits, représentations

Les cinquante-septièmes Rencontres du Centre européen d’Études bourguignonnes se dérouleront au début de l’automne prochain à Münster, dans le Land allemand de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, à l’invitation des Prof. Dr M. Kintzinger et Dr Nils Bock, et en collaboration avec le Sonderforschungsbereich 1150 « Les cultures de la décision ».

 

Les prochaines rencontres du Centre se dérouleront les 22-24 septembre 2016 en Allemagne, à Münster, à l’invitation de l’Université du lieu et en collaboration avec le Sonderforschungsbereich 1150 « Les cultures de la décision ». Le thème portera sur « Les cultures de la décision dans l’espace bourguignon : acteurs, conflits, représentations ». Le sujet sera envisagé dans une perspective très large, y compris interdisciplinaire. Dans un espace bourguignon de la fin du Moyen Âge qui se caractérise par une structure politique complexe, diversifiée et influencée en partie par des intérêts contradictoires et des cultures politiques différentes, il s’agira d’étudier les acteurs, les concepts et pratiques de la décision, et la mise en scène du processus qui conduit à la prendre. Quatre questions clés guideront les communicants : quelles questions font l’objet d’une prise de décision par les contemporains et comment expriment-ils qu’une décision a été prise ? De quelles manières les décisions sont-elles prises ? Comment les processus de prise de décision sont-ils mis en scène ? Par quel(s) concept(s) ou récit(s) sont-ils exprimés ?Outre ceux qui prennent, contribuent ou assistent à la prise de décision, aucun domaine de la recherche ne sera exclu, qu’il s’agisse de la législation, de la politique religieuse, de l’économie, mais aussi de la littérature et de l’art – commanditaires, processus de décision et d’élaboration d’une oeuvre, du choix à la réalisation, contrats, etc.

 

Les séances de travail se dérouleront dans le « Festsaal » du bâtiment emblématique de l’université : le château de Münster (Fürstbischöfliches Schloss), résidence de l’avant-dernier princeévêque Maximilien-Frédéric de Königsegg-Rothenfels, de style baroque. Les activités culturelles qui émailleront ces rencontres ne sont pas encore connues à ce stade, mais nul doute que, avec sa cathédrale Saint-Paul, son trésor, le LWL-Museum für Kunst und Kultur, les souvenirs du traité de Münster, l’un de ceux de la Paix de Westphalie qui mit fin à la guerre de Trente ans – et l’église Saint-Lambert à la tour de laquelle pendent les cages où furent exposés les cadavres des chefs anabaptistes après la répression du mouvement en 1536 ! –, Münster se révélera être une cité très accueillante.

Lire la suite 0 commentaires

mar.

13

sept.

2016

Colloque - La guerre 14-18 en Afrique. Des mémoires repliées

Commandée par le général Charles Tombeur, la Force Publique congolaise participe pour la première fois à des opérations d’envergure en 1916 contre les troupes coloniales allemandes. À la fin du mois de juin 1916, elle occupe l’ensemble du territoire rwandais avant de remporter, le 19 septembre 1916, une victoire décisive lors de la bataille de Tabora, ville principale de l’Afrique orientale allemande.

Honoré par les milieux coloniaux, Tombeur, le grand héros de Tabora, est anobli par le Roi Albert et autorisé à accoler à son nom la particule « de Tabora ». Décédé en 1947, il est enterré au cimetière de Saint-Gilles, dans la partie de la crypte dédiée aux soldats saint-gillois morts pendant ou des suites de la guerre 14-18. En dernier hommage, son buste, œuvre de Jacques Marin, est inauguré avenue du Parc à Saint-Gilles en 1951.

La commune de Saint-Gilles a souhaité commémorer le Centenaire de la Grande Guerre au départ des traces qui, comme celles du général Tombeur, s’inscrivent encore dans l’espace public communal. La démarche de la commune tend à mettre en évidence les valeurs et les paradoxes qui peuvent se dégager de la Grande Guerre (la paix et la brutalisation ; la démocratie et le nationalisme ; la liberté et le totalitarisme…). Elle tend également à inscrire les commémorations dans les traces existantes afin de renforcer les liens entre les habitants et leur commune. À travers la figure du général Tombeur, ce colloque met l’accent sur l’ensemble des acteurs belges et congolais qui ont été impliqués dans la Première Guerre mondiale. Mêlant des associations, des étudiants et des chercheurs, qu’ils soient belges ou congolais, ce colloque a pour volonté d’éclairer les mémoires de ces acteurs, des combats et des victoires, mémoires repliées, mais pas disparues. Mémoires qui donnent tout son sens à la mondialisation de cette guerre.

Le colloque « La guerre 14-18 en Afrique. Des mémoires repliées » organisé par la commune de Saint-Gilles et le CRHiDI se déroulera à la Maison du Peuple de Saint-Gilles le mardi 13 septembre 2016, de 13h30 à 18h.


Lire la suite 1 commentaires

ven.

13

mai

2016

Journée ModerNum - Penser les temps modernes avec les Digital Humanities

Ce qu’il est coutume d’appeler la révolution numérique (Web 2.0, Digital Humanities, Big Data, édition électronique, etc.) touche un nombre de plus en plus considérable de secteurs de nos sociétés. Parmi ceux-ci, la production et la diffusion du savoir scientifique nous intéressent au premier chef. Cette seconde journée d’étude organisée par ModerNum, réseau des modernistes francophones de Belgique, veut être l’occasion d’une rencontre entre spécialistes des Digital Humanities et jeunes chercheurs autour d’une double interrogation: quel(s) rôle(s) peut jouer la technologie numérique dans notre rapport à la recherche et à la communication de nos résultats ?

 

Cette journée se divisera en deux volets, le premier s’intitulant “chercher” et le second “communiquer”. Une conférence introductive à chaque panel permettra de poser les bases théoriques et critiques utiles afin d’entamer la réflexion autour du thème qui sera abordé. Suivront à chaque fois des communications plus courtes destinées à présenter quelques-uns des projets liés aux humanités numériques qui sont aujourd’hui réalisés avant tout par des modernistes francophones belges.

 

La matinée sera consacrée au panel “chercher”. Les interrogations à ce sujet sont plurielles: quels sont les rapports entre une source et ses mises en données? Comment critiquer les données obtenues afin que celles-ci n’oblitèrent pas la source ou ne soient pas confondues avec elle? Que signifie faire une base de données? Comment et pourquoi utiliser un outil de “datavizualization”? Quelles nouvelles compétences l’utilisation d’outils numériques exige des chercheurs et comment faire face, dans nos institutions d’enseignement, aux défis que cela entraîne ? Quelles différences y a-t-il entre illustrer son propos à l’aide d’outils numériques et traiter le résultat du croisement de données ?

L’après-midi, quant à elle, sera entièrement destinée au panel “communiquer”. Les questions qui devraient présider à nos échanges sont également nombreuses: quelle est la place des outils du Web 2.0 pour la communication scientifique et à quel point ceux-ci influencent-ils l’acte de communication lui-même (textes non linéaires, importance de l’image, etc.)? Quels sont les nouveaux outils d’écriture que propose le numérique et quelle influence ont-ils sur le processus d’écriture? Que recouvre la pratique de l’édition numérique et comment s’articule-t-elle avec l’édition papier? Comment répondre aux défis de la sauvegarde du savoir scientifique dans le cadre de la dématérialisation des supports de communication ? Avec le développement de ces nouveaux dispositifs qui tendent à décentraliser la circulation des connaissances, quelle est la place des universités dans la production et la diffusion du savoir?

 


Lire la suite 0 commentaires

ven.

22

avril

2016

Workshop II : (S') écrire en temps de guerre (Europe, 15e-17e s.)

Argumentaire

Au cours des quarante dernières années, l’historiographie relative à l’étude du fait militaire et de la guerre a connu un très net essor, pour ne pas dire un quasi-renouveau. Conscients des biais et lacunes qu’offrait l’histoire-bataille, les historiens et, de manière générale, les sciences sociales, tâchent dorénavant d’envisager le rapport à la guerre sous un angle où le champ de bataille, les grandes stratégies et les faits d’armes sont relégués à l’arrière-plan. Considérée comme un « fait social total », la guerre est devenue un lieu d’étude et d’observation pour des pratiques plurielles qui peuvent mobiliser tant les catégories de l’histoire politique qu’institutionnelle, sociale, économique, du genre, etc.

 

Le présent projet entend aborder le rapport au « fait militaire » – entendu dans un sens large – à travers l’étude de documents naviguant entre l’écriture de soi et l’écriture de l’histoire. En effet, la période envisagée (15e-17e s.) autorise l’historien à s’interroger sur la guerre comme élément du quotidien, comme réalité à laquelle l’individu – peu importe sa position au niveau social – est confronté. Les anciens Pays-Bas burgondo-habsbourgeois sont, par exemple, un laboratoire fertile compte tenu des nombreux conflits qui s’y sont déroulés, des migrations que ceux-ci ont engendrées, des séparations qu’ils ont provoquées. Loin de se limiter à un spectre local, la guerre et le rapport que l’Homme entretient avec, doivent aussi pour l’époque retenue s’envisager dans une optique transnationale.

 


Lire la suite

ven.

15

janv.

2016

Hommage en l'honneur de Jean-Pierre Nandrin

Crédits : M-A Brijssinck
Crédits : M-A Brijssinck

Historien, spécialiste de l'histoire des institutions politiques belges, Jean-Pierre Nandrin enseignait l’histoire contemporaine, en particulier le droit et les institutions, la théorie de l’histoire et l’histoire des droits de l’homme.

 

Enseignant dans le secondaire, il est arrivé à Saint-Louis en tant qu'étudiant puisqu'il a complété sa formation d'historien par des candidatures en droit en horaire décalé.

 

Jean-Pierre Nandrin a continué son parcours à Saint-Louis en devenant assistant, professeur, doyen de la Faculté de Philosophie, Lettres et Sciences Humaines et enfin, directeur de l'Institut d'études européennes. Il avait accédé à l’éméritat en juin 2012 et aurait dû donner encore un cours aux étudiants du master complémentaire en droits de l'homme l'année académique suivante (2012-2013) si la maladie ne l'avait pas emporté le 5 décembre 2012. 

 

 

Le Centre de Recherche en Histoire du Droit et des Institutions (CRHiDI) de l'Université Saint-Louis - Bruxelles et La Fonderie s'associent pour rendre hommage à leur ancien collègue et collaborateur trop tôt disparu.

 

A cette occasion, deux nouvelles publications vous seront présentées :

 

- Jean-Pierre Nandrin, Hommes et normes. Enjeux et débats du métier d’un historien. Textes recueillis par Pierre-Olivier de Broux, Aude Hendrick, Françoise Muller et Bérengère Piret, Bruxelles, Presses de l'Université Saint-Louis - Bruxelles, 2016.

 

- Historien dans la cité, Hommage à Jean-Pierre Nandrin, Cahier de La Fonderie n°51, 2015.


Lire la suite 0 commentaires

Centre de recherches en histoire du droit, des institutions et de la société

Actualités